Yue Fei, héros emblématique du Xingyiquan

Yue Fei dans la bataille de Zhuxianzhen contre les Jin en 1140

Yue Fei dans la bataille de Zhuxianzhen contre les Jin en 1140

 

Cite this article as: "Yue Fei, héros emblématique du Xingyiquan," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 29/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/151.

 

L’ouvrage Xingyi quanshu daquan 形意拳术大全 de Wu Dianke 吴殿科[1] nous indique que les premières traces pouvant établir une relation entre la création du Xinyiquan et le général Yue Fei 岳飞 (1103-1142) — rappelons qu’à cette époque le terme Xingyiquan n’existait pas encore —, se trouvent dans les écrits de Cao Jiwu 曹继武 (1655-?) compilés dans le Shifa zhaiyao 十法摘要 (Le précis des dix méthodes) :

Il existe des sortes de boxes qui diffèrent les unes des autres, et nul ne sait qui en est à l’origine. Nous savons seulement que le Liuhequan, la boxe des six harmonies[2], nous vient du révéré militaire Yue de la dynastie des Song […].[3]

La biographie et les évènements qui ont fait la carrière militaire de Yue Fei, de son vrai nom Yue Pengju 岳鹏举, sont compilés dans le chapitre 365 de l’histoire de la dynastie Song, le Song shi 宋史[4]. Dans ce chapitre, seule la partie introductive de sa biographie fait mention de son apprentissage des arts martiaux :

            […] issu d’une famille pauvre, il était studieux et avait un attrait tout particulier pour l’étude du Zuoshi Chunqiu[5], ainsi que des écrits sur l’art de la Guerre de Sun[6] et de Wu[7]. Possédant une force prodigieuse, il était capable, avant ses vingt ans, de bander un arc de trois cent livres et une arbalète pesant près de huit cent livres. Il apprit l’archerie sous la direction de Zhou Tong[8] ; après sa formation il pouvait aussi bien tirer des flèches étant positionné sur le côté gauche que sur le côté droit.[9]

Yue Fei a réalisé la majeure partie de sa formation martiale initiale avant l’âge de dix-neuf ans ; le restant de sa vie fut consacrée à sa carrière militaire sur les champs de batailles. Ainsi, parmi les différents ouvrages historiques dans lesquels sont mentionnés des évènements de la vie de Yue Fei, ou des faits liés à cette dernière, aucun n’aborde l’art du Xinyiquan[10]. En outre, à cette époque, suite aux attaques des Jurchens[11], la dynastie Song avait déjà perdu le nord du pays ; occupant cette partie de la Chine, les Jurchens créèrent la dynastie Jin 金 (1115-1234) tandis que les Song, dans une tentative de conservation de leur pouvoir, se replièrent alors vers le sud. L’instabilité politique et sociale dans laquelle vécut Yue Fei permettait difficilement de concevoir l’hypothèse de la création d’une pratique martiale sans armes. Une pratique qui, effectivement, s’avérait inutile en temps de guerre où les batailles avec arcs, arbalètes, lances et sabres étaient dominantes.

Le système militaire sous les Song fut organisé de manière à éviter que celui-ci ne mette en péril le pouvoir impérial. La cour, qui éprouvait ainsi une certaine méfiance envers les généraux conquérants comme, le général Yue Fei, n’hésitait pas à leur retirer toutes fonctions et même à faire exécuter ceux envers qui elle avait des soupçons[12]. Le système hiérarchique sous les Song du Nord plaçait le statut des soldats bien en dessous de celui des lettrés[13] ; mais l’opportunité de grimper l’échelle sociale et d’accéder à un rang plus élevé dans la société était, pour les soldats victorieux de plusieurs batailles ainsi qu’aux militaires les plus talentueux, toutefois envisageable[14]. L’historien des arts martiaux chinois Stanley E. Henning nous précise notamment que, en dépit de la mainmise de la bureaucratie impériale sur les activités militaires, l’armée faisait, si nécessaire, du recrutement parmi les milices paysannes. Par conséquent, les arts martiaux se mirent à se développer auprès d’une plus grande partie de la population[15]. Si la dynastie Song fut une époque remarquable dans le domaine de l’innovation et de l’invention, elle le fut aussi dans la propagation des arts martiaux au sein de la société ; des manifestations tels que le jinbiaoshe 锦标社 (les concours de tirs à l’arc) ou le yinglüeshe 英略社 (les tournois de lutte) furent parmi les activités les plus populaires. Ceux qui excellaient dans ces domaines pouvaient ainsi librement s’installer sur les places publiques afin de « vendre leur talent », maiyi 卖艺. Témoins de ce développement, les mandarins de la dynastie des Song du Nord rédigèrent spécialement un registre, le Wujing zongyao 武经总要 (Le classique des principaux arts martiaux), référençant les activités autours des arts martiaux dans la société ainsi que les styles émergeants. Or, on ne trouve, dans cet ouvrage, aucune trace de l’art que le général Yue Fei aurait fondé[16].

C’est, en fait, à partir du début de la dynastie Yuan 元 (1271-1368) que le nom de Yue Fei commença à être associé aux arts martiaux — mais pas au Xinyiquan. En effet, sous l’autorité des Mongols, toutes les pratiques de lutte, de boxe ou d’arts martiaux au sein de la population furent strictement interdites ; l’art martial populaire, et plus précisément la pratique des enchaînements — les taolu 套路, fut aussi intégré dans le divertissement de l’époque : le théâtre, xiju 戏曲[17]. C’est à cette époque que Yue Fei commença à devenir, à travers les mises en scène théâtrales de ses exploits, un personnage héroïque. Cependant, l’historien Wu Dianke précise que, parmi toutes les pièces de théâtres mettant en scène le personnage de Yue Fei, aucune ne fait mention du Xinyiquan, et ce à une époque où d’incessants soulèvements paysans s’organisaient à travers la pratique « clandestine » de boxes populaires héritées de la précédente dynastie. Sous les Ming, le Xinyiquan de Yue Fei n’apparaît pas non plus dans le répertoire de Qi Jiguang 戚继光 (1528-1588). Ce général de l’armée des Ming élabora dans son traité militaire un répertoire sans précédent de seize styles tels que le Houquan 猴拳 (la boxe du singe), le Liubuquan 六步拳 (la boxe des six pas) ou encore le Song Taizu sanshi’er shiquan 宋太祖三十二势拳 (la boxe en trente-deux mouvements des Song)[18]. D’après les différentes recherches menées jusqu’à aujourd’hui, les historiens concluent donc qu’il fallut attendre le début des Qing, soit près de 600 ans après la mort de Yue Fei, avant que soit évoqué, sous le pinceau de Cao Jiwu, un lien écrit entre la création du Xinyiquan et le général Yue Fei.

Dai Longbang, qui fut un des personnages les plus importants dans la transmission du Xinyiquan, approuva cependant les écrits de Cao Jiwu et participa donc à la diffusion de cette version des faits. En effet, à cette époque, la Chine était sous la domination mandchoue (Qing) et le fait d’attribuer la création d’un art martial à Yue Fei, patriote et modèle de la résistance contre l’invasion des Jurchens, fut tout particulièrement convenable et profitable pour les futures lignées héritières du Xinyiquan.

Il est dit que l’art martial du Xingyiquan fut établit à partir de la découverte d’un vieux manuscrit délabré appartenant à Yue Fei. Ce dernier étant un héros national, l’utilisation de son nom fut fort avantageuse dans la large propagation du Xingyiquan. De plus, cette théorie s’accorde parfaitement avec un des principes du Xingyiquan qui est de « cultiver la force pour renforcer la nation ». Voilà pourquoi cette interprétation fut si bien accueillit au sein des différentes communautés d’arts martiaux et a ainsi pu être transmise de génération en génération jusqu’à aujourd’hui.[19]

Ce passage de Shiqu de wulin nous détaille plus bas que les ouvrages de Sun Lutang à savoir Xingyiquan xue 形意拳学 (L’étude du Xingyiquan), le Quanyi shuzhen 拳意述真 (L’authentique sens de la boxe), mais aussi le Xingyi quanshu juewei 形意拳术抉微 (Recherches minutieuses sur l’art de la boxe Xingyi) de Liu Dianchen 刘殿琛, le Xingyi muquan 形意母拳 (Xingyi la boxe-mère) de Jiang Rongqiao 姜容樵 et le Xingyi quanshu jiangyi 形意拳术讲义 (Explications de l’art du Xingyiquan) de Xue Dian, accordent tous crédit à la théorie de la fondation du Xingyiquan par Yue Fei. Certains maîtres se gardent, par ailleurs, de fournir davantage d’arguments ; parmi les moins convaincants on trouve, par exemple, celui de Liu Dianchen :

L’école du Xingyiquan est l’art le plus approprié dans le cadre militaire, et l’invention de cette boxe revient tout naturellement au respectueux général Yue.[20]

Xu Zhedong est ainsi le premier à s’opposer à cette version qu’il qualifie d’ « origine infondée ». Dans son ouvrage, le Guoji lunyue[21], lequel, comme je l’ai déjà évoqué, remet également en question l’origine bouddhiste, il écrit :

Il est dit, dans les écoles de Xingyiquan, que la transmission de celui-ci revient à Yue Fei. Toutefois, cette interprétation relève d’une origine infondée. Le nom de Yue Fei fut emprunté par les différentes écoles de Xingyiquan afin d’accroître l’importance de cette boxe. Nous pouvons ainsi avoir des doutes quant au fait que le Xingyiquan aurait été transmis par Yue Fei.[22]

Dans un souci de nourrir la réflexion au-delà d’une recherche sur la véracité des faits consistant à argumenter par des preuves historiques — de la même manière qu’il le fait avec le Chan en prenant comme exemple les koujue —, Li Zhongxuan fait de l’origine attribuée à Yue Fei un parallèle avec les principes du Xingyiquan, à savoir un élément central dans la pratique : le wuxing 悟性, soit le fait de réaliser, de prendre conscience d’une chose par l’esprit, et de se l’approprier dans son corps.  Ainsi, il raconte :

Je me souviens d’un article qui parlait de rechercher la prise de conscience dans le Xingyiquan. Si l’on admet que cet art nous a été transmis par Yue Fei, alors l’ancêtre fondateur n’est autre que le général Jiang Wei[23] de la période des Trois Royaumes[24]. Jiang Wei transmit son art à Zhou Tong, lequel enseigna à Yue Fei […]. Jiang Wei, lettré et militaire à la fois, dit à Zhuge Liang[25] : « Je ne te vaux pas dans le domaine de la culture, mais dans les arts martiaux, tu ne vaux pas mieux que moi ». Jiang Wei perdit toutefois un duel à la lance contre Zhuge Liang. Ce dernier était l’incarnation même de l’intelligence, et rien n’est irréalisable pour celui qui possède cette vertu. Il comprenait une chose au premier regard et sublimait cette dernière dès qu’il la comprenait ; si l’on discute des vertus martiales durant les Trois Royaumes, Zhuge Liang arrivait en tête, et Lü Bu[26], Jiang Wei arrivaient tous en second […] cet article disait vrai : le combat est une confrontation d’esprits.[27]

[1] Op. cit. dans un précédent billet.

[2] La boxe des « six harmonies », ou des « six coordinations », le Liuhequan 六合拳, serait ici l’abréviation de l’appellation complète de cette boxe, laquelle est le Xinyi liuhequan 心意六合拳.

[3] 拳之种类不同, 它们亦不悉创自何人, 惟此六合拳则出自宋朝岳武穆王。 Voir le texte original numérisé, consulté le 06.11.2015 à l’URL : http://tinyurl.com/mbzx8lm

[4] Ouvrage consulté en ligne le 06.11.2015 à l’URL : http://tinyurl.com/oxk6875 ; voir également le chapitre 365 du Song shi (texte original) numérisé sur le site Chinese text project consulté le 06.11.2015 : http://tinyurl.com/m7zt4pt

[5] Zuoshi Chunqiu 左氏春秋 est le principal commentaire des Annales des Printemps et Automnes (722-480 av. J.-C.) attribué à un lettré contemporain de Confucius, Zuo Quiming 左丘明.

[6] Le général Sun Wu 孙武 (544-496 av. J.-C.), auquel on attribue l’écriture du Sunzi bingfa 孙子兵法 (L’art de la guerre).

[7] Le stratège militaire Wu Qi 吴起 (mort en 381 av. J.-C.), il serait l’auteur d’un ouvrage sur l’art de la guerre, le Wuzi 吴子.

[8] Zhou Tong 周侗 (1040-1119), maître en arts martiaux sous les Song du Nord, il fut, entre autre, le maître d’archerie de Yue Fei.

[9] Ibidem., […] 家贫力学, 尤好《左氏春秋》、 孙吴兵法。 生有神力, 未冠, 挽弓三百斤, 弩八石, 学射于周同, 尽其术, 能左右射。

[10] Wu Dianke, Xingyi quanshu daquan, p.4.

[11] Les Jurchens, transcription phonétique de nü zhen 女真, vivaient dans les régions du nord-est de l’Asie et ont pris le nom de Mandchous au moment de fonder la dynastie Qing en 1644. Voir l’article d’Ulrich Theobald, Chinese History –The Jurchens, consulté en ligne le 06.11.2015 à l’URL : http://tinyurl.com/nmwo23s

[12] Bai Shouyi, An Outline History of China, Beijing, Foreign Language Press, 2002, pp. 239-254.

[13] David Graff et Robin Higham, A Military History Of China, Boulder, Westview Press, 2002, p. 87.

[14] Peter Lorge, War, Politics and Society in Early Modern China. 900-1795, New York, Routledge, 2005, p. 43.

[15] Stanley E. Henning, « The Chinese Martial Arts in Historical Perspective », in JSTOR, Military Affairs, vol. 45, n° 4 (décembre 1981), p. 174.

[16] Wu Dianke, Xingyi quanshu daquan p. 5.

[17] Ibidem.

[18] Peter Allan Lorge, Chinese Martial Arts: From Antiquity To The Twenty-First Century, New York, Cambridge University Press, 2012, p. 182.

[19] Shiqu de wulin p. 65 : 说形意拳武学, 是发现了岳飞的残缺遗书, 据此创立的。 由于岳飞是民族英雄, 借岳飞之名有利于形意拳的广泛传播, 也符合形意拳 “强种强国” 的宗旨。 因此这种说法被广大武术家所接受, 流传至今。

[20] Ibidem : 形意拳术一门为最合军用, 盖该拳为岳武穆所发明。

[21] Op. cit. dans un précédent billet.

[22] Ibidem., note 77-78 : 形意拳家言, 形意拳传自岳飞, 其事终出于依托。 盖形意拳家借岳飞以增重也。 形意拳是否岳飞之 传, 亦可疑也。

[23]Jiang Wei 姜维 (202-264), général du royaume de Shu, Shuguo 蜀国.

[24] La période des Trois Royaumes, Sanguo 三国 (220-280).

[25] Zhuge Liang 诸葛亮 (181-234). Il fut stratège militaire et le chengxiang 丞相 (équivalent d’un premier ministre) du royaume de Shu.

[26] Lü Bu 吕布 ( ?- 199) fut un célèbre général durant la fin de la période des Han de l’Est, Dong Han 东汉 (25-220).

[27] Shiqu de wulin pp. 229-230 : 记得以前有篇文章说, 形意拳讲求悟性。 如果说形意拳是岳飞传下的, 那么祖师是三国的姜维。 姜维传人周侗教出了岳飞 […] 姜维文武双全, 对诸葛亮说 : « 丞相, 文我不如你, 武你不如我。 » 诸葛亮就与他比大枪, 结果姜维败了。 诸葛亮是智慧的化身, 贤者无所不能, 一看就会, 一会就精, 若论三国武功, 吕布、姜维都要次之, 头牌是诸葛亮 […] 它说对了, 比武比的是悟性。

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *