将枪法为拳法 : de l’art de la lance à celui du poing

少林枪法

 

Cite this article as: "将枪法为拳法 : de l’art de la lance à celui du poing," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 06/12/2015, http://wulin.hypotheses.org/160.

 

Tandis que la date exacte à laquelle sont apparues les premières formes d’arts martiaux en Chine nous est encore inconnue, nous savons, cependant, qu’à partir de la période des Printemps et Automnes, Chunqiu  春秋 (771 – 481 av J.-C.) et des Royaumes combattants, Zhanguo 战国 (476-221 av. J.-C.), des systèmes de lutte, comme par exemple le Jiaodixi 角抵戏 (le jeu de casque à cornes) ou le Shoubo 手搏 (combattre avec les mains), existaient déjà[1]. D’après l’historien Sima Qian 司马迁 (145-86 av. J.-C.), l’art du combat à l’épée, jian 剑, se transmettait, notamment, dès la première partie de la dynastie des Zhou de l’Est, Dong Zhou 东周 (771-256 av. J.-C.)[2]. Mais ce n’est véritablement qu’à partir du xviie siècle après J.-C. que les pratiques martiales, jusqu’alors principalement détenues par les armées des différentes dynasties, se détachèrent du corps militaire et entamèrent un développement sans précédent au sein même de la population chinoise. En effet, la transition de pouvoir entre la dynastie Ming et la dynastie Qing profita à l’éclosion d’une multitude de styles d’arts martiaux, la province du Henan est, à partir de cette époque, reconnue pour être le berceau de la culture martiale chinoise. Ces écoles furent, pour la plupart, l’instrument de mouvements sectaires nés dans un contexte de rébellion ; l’intime relation entre les arts martiaux et les sectes du Nord de la Chine sous les Ming est effectivement attestée par les documents historiques officiels[3]. Le contexte politique et social de la dynastie Ming fut également un facteur intrinsèque dans l’apparition et l’évolution du Xinyiquan d’après la version ainsi attribuée à Ji Jike 姬际可 (1602-1683) ; la naissance d’une boxe à cette période de l’histoire ne fut indéniablement pas sans lien avec la volonté du peuple à constituer une résistance — basées sur une légitimité nationaliste — face à l’invasion mandchoue que connut alors le pays.

Bien qu’aujourd’hui la version selon laquelle Ji Jike, également connu sous le pseudonyme de Longfeng 龙峰, serait à l’origine du Xinyiquan est la plus probable — plus précisément c’est la version définitivement approuvée par la majorité des historiens et spécialistes du Xingyiquan dès la période républicaine[4] —, certaines questions sur la manière dont le style a évolué demeurent néanmoins.

Il convient, tout d’abord, de préciser que les biographies et les recherches sur Ji Jike insistent, à l’unanimité, sur la forte détermination de ce dernier à poursuivre, toute sa vie durant, l’idéal de « renverser les Qing, rétablir les Ming », fan Qing fu Ming 反清复明. Cette volonté l’aurait ainsi conduit, à l’âge de vingt-ans, jusqu’au monastère de Shaolin, alors secrètement considéré dans la province du Henan comme le centre de la résistance antimandchoue par excellence. Ayant reçu son initiation à l’art militaire dès l’âge de treize-ans, Ji Jike maîtrisait ainsi déjà le maniement de la lance en arrivant au monastère, et reçut notamment le surnom de Shenqiang 神枪, la « Lance-divine »[5]. Ji Jike aurait ainsi, pendant près de dix ans, enseigné son art de la lance, le Liuhe qiangfa 六合枪法, la « Méthode de lance des six harmonies » aux moines du monastère de Shaolin, auprès desquels il aurait appris, en échange, leur art du combat[6].

Ce dernier détail mérite d’être traité avec précaution : si un lien entre l’émergence des nouveaux styles de boxe et la région du Henan peut être établit, le fait généralement admis que ces fondateurs auraient séjourné au monastère de Shaolin devrait être, toutefois, remis en question. Un certain nombre de personnages illustres dans l’histoire des arts martiaux chinois se seraient effectivement formés au monastère de Shaolin avant de, sur la synthèse de ce qu’ils ont appris, mettre au point leur propre système de combat[7]. Toutefois, la récurrence à vouloir, dans les biographies, attribuer un lien historique entre ces fondateurs et le monastère est telle qu’elle finit par en devenir suspicieuse, et notamment en raison du fait qu’aucun document ne puissent venir sérieusement attester ces faits[8].

Au milieu du xviie siècle, la dynastie Ming, déjà lourdement affaiblie de l’intérieur par les incessants soulèvements populaires et les attaques des wokou 倭寇, les pirates japonais[9], s’inclina face à la pression des mandchous, lesquels ne rencontrèrent « aucune » difficulté à s’emparer du nord du pays. L’armée mandchoue continuait de progresser davantage vers le sud, et Ji Jike n’eut d’autres choix que de quitter le monastère de Shaolin, devenu alors trop dangereux pour la résistance. Il se réfugia sur le mont Zhongnan[10], et aurait, à cet endroit précis, fait la découverte d’un traité appartenant au général Yue Fei, lequel s’intitule le Liuhequan jing 六合拳经, le « Classique de la boxe des six harmonies »[11].

D’après la tradition orale, à partir de ce classique, Ji Jike aurait entamé la création de la « boxe de l’intention et des six harmonies », le Xinyi liuhequan. Si la découverte de cet étrange classique par Ji Jike s’est depuis transmise dans les différentes branches régionales de Xinyiquan et de Xingyiquan, elle relève cependant, pour les chercheurs contemporains, davantage de la tradition « mythologique » des arts martiaux chinois que du fait historique. D’après Wu Dianke, l’hypothèse de la découverte du traité de Yue Fei par Ji Jike a deux explications : il s’agit, premièrement, d’un motif allégué par Ji Jike pour justifier la création de son art et, deuxièmement, en attribuant l’origine de cette boxe à Yue Fei, héros national, modèle du patriotisme et général vénéré, il aurait ainsi assuré, en ces temps où le sentiment d’identité de la population chinoise était étouffée par l’occupation mandchoue, une meilleure transmission du Xinyiquan aux générations à venir[12].

Ji Jike nourrissait, en effet, toujours en lui le dessein de renverser les Qing et de rétablir la dynastie Ming. Cependant, la dynastie mandchoue s’étant déjà installée, le pays n’était alors plus en guerre ; Ji Jike devait trouver, par conséquent, le moyen de poursuivre la résistance en transmettant son art de la lance dans une apparence dénuée de toute connotation belliqueuse[13].

A ce moment-là, Ji Jike entreprit la création d’une boxe tout à fait originale et unique dans l’histoire des arts martiaux chinois ; un processus qui s’opère à partir du principe jiang qiangfa wei quanfa 将枪法为拳法, soit la transformation d’un art de la lance en un art du poing. Le premier document à faire mention de cette évolution est le Quanlun zhiyi xu 拳论质疑序, soit l’« Ouvrage qui lève les doutes sur la théorie de la boxe », du militaire Wang Zicheng 王自成[14], dont le style d’écriture n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui de Cao Jiwu, qui attribuait toutefois cette boxe au général Yue Fei[15] :

Il existe des sortes de boxes qui diffèrent les unes des autres, et nul ne sait qui en est à l’origine. Nous savons seulement que le Liuhequan, la boxe des six harmonies, nous a été transmis par Ji Long de la région du Shanxi […]. Il excellait dans l’art de la lance et fut ainsi considéré par tous comme divin dans ce domaine […]. Par conséquent, il transforma son art de la lance en un art du poing, et réunit ces deux principes en un seul. Il donna alors naissance à un art unique, qu’il nomma liuhe, les six harmonies.[16]

Wang Zicheng ne fait pas mention du terme xinyi, mais approuvait la fondation du Liuhequan par Ji Jike, de même qu’il approuvait également que cette boxe se soit créée sur la base du maniement de la lance.

Le spécialiste contemporain Zhang Fang 张方 n’est cependant pas de cet avis. Pour ce dernier, la transformation d’un art de la lance en un art du poing ne s’est pas faite de manière si évidente que cela, et le passage de Ji Jike au monastère de Shaolin constitue pour lui un élément clef de l’histoire de cet art martial. Sur ce dernier point, nous pouvons remarquer que Zhang Fang ne va également pas dans le même sens que le professeur et historien Meir Shahar, lequel — tel que nous avons vu plus haut —, demeure critique et conserve quelques doutes concernant l’authenticité de la relation qu’il pourrait y avoir entre le monastère de Shaolin et les boxes qui ont émergées à la fin des Ming.

Ces dernières années, des spécialistes tel que Sun Yamin ont démontré que Ji Longfeng est bel et bien l’ancêtre fondateur du Xinyi liuhequan. Quant à l’affirmation des héritiers de Dai Longbang qui consiste à attribuer la création du Xinyi liuhequan ou du « Yiquan » à Yue Fei, il n’existe pas la moindre preuve historique ; non seulement les documents historiques officiels n’en font pas mention, mais on ne trouve pas un seul élément à ce sujet dans les documents pseudo-historiques non plus […].

La création du Xinyi liuhequan par Ji Longfeng ne fut définitivement pas aussi simple que de « transformer un art de la lance en un art du poing » tel que Wang Zicheng peut ainsi l’affirmer. Ce n’est certainement qu’après avoir fait l’expérience et une recherche approfondie dans un ou plusieurs arts de combat qu’il a pu assimiler son art de la lance et créer un nouvel art martial. Je peux ainsi dire avec certitude que, à cette époque, Ji Longfeng quitta sa région natale du Shanxi pour se rendre dans le Henan, au monastère de Shaolin, afin d’étudier les arts martiaux. De plus, le terme « xinyi » provient à l’origine du classique du bouddhisme, le Jushelun, soit le Traité de la corbeille des commentaires. Il n’est ainsi pas concevable de séparer les recherches scientifiques sur les arts martiaux du cadre des sciences humaines. Rien qu’en se basant seulement sur une étude linguistique, on s’aperçoit que le caractère « ba » provenant du plus vieil enchaînement  du Xinyi liuhequan, le « siba », nous vient du dialecte de la province du Henan. […].

Par conséquent, les arts que Ji Longfeng a étudiés au monastère de Shaolin sont probablement le Shaolin xinyi ba, la « boxe de l’intention de Shaolin », le Shaolin wuquan, les « cinq poings de Shaolin », et bien d’autres.[17]

L’argument central de Zhang Fang visant à démontrer que Ji Jike a véritablement séjourné au monastère de Shaolin est donc l’emploi du terme bouddhiste « xinyi », ainsi que l’emprunt de Ji Jike à l’art du Xinyiba, boxe qui, toujours d’après l’article de Zhang Fang, existait déjà avant la création du Xinyiquan, et dont le dernier caractère « ba » désigne en dialecte du Henan « quan », le poing ou la boxe.

Les recherches de Wang Xiangzhai, héritier de la branche du Hebei, vont également dans ce sens, tel que nous l’expose le récit de son périple entrepris dans le Henan en 1918 afin de retrouver l’origine du Xingyiquan.

[…] Afin de pénétrer au plus profond le sens de l’école de Maître Guo, Wang Xiangzhai se tourna vers la recherche de l’essence même de l’art de son maître, le Xinyimen, l’ école de la « boxe de l’intention », et fut d’ailleurs le seul à entreprendre cette initiative.

[…] L’origine première du Xingyiquan provient ainsi du bourg de Shaolin, et a pour nom le Xinyiba. […].

La première étape de son périple fut la province du Henan. Il y gravit le Mont Song dans l’intention de rencontrer le grand moine Henglin du monastère de Shaolin. Héritier de l’art du Xinyiba, Henglin était également connu sous le nom de « Trésor-de-la-paisible-montagne ». Maître Wang séjourna de nombreux mois au monastère de Shaolin et les fruits des échanges qu’il eut avec Henglin vinrent ainsi enrichir son étude […].[18]

Il est intéressant de noter que, si un quelconque rapport entre le Xinyiquan et le monastère bouddhiste du Henan existe, il deviendrait tout naturellement défendable de réintégrer, dans les travaux de recherche, l’hypothèse de la contribution indirecte de Bodhidharma (ou de ses successeurs) quant à la création de cet art ; toujours est-il que les résultats des recherches aboutissent, selon un enchaînement logique, vers une hypothèse attribuant la création du Xinyiquan — et donc également celle du Xingyiquan — à Ji Jike durant la transition Ming-Qing. Seule la manière précise dont cette école a évolué durant cette période de l’histoire, particulièrement l’influence qu’a pu exercer sur celle-ci l’art militaire et les arts de combat du monastère de Shaolin, demeure toujours à l’étude.

[1]Cheng Dali 程大力, Zhongguo wushu lishi yu wenha 中国武术历史与文化     [« L’histoire et la culture des arts martiaux chinois »], Chengdu, Sichuan daxue, 1995, pp. 189-194.

[2] Voir la conférence sur l’histoire des arts martiaux chinois du professeur Ma Mingda 马明达 (professeur à l’université de Jinan dans la province du Shandong), diffusée par la chaîne de télévision chinoise CCTV 10 (chaîne nationale de documentaire) dans le cadre de l’émission Baijia jiangtan 百家讲坛, mise en ligne le 14.12.2006 : http://tinyurl.com/pvmvvgg

[3] Meir Shahar, The Shaolin Monastery, p. 134. Op. cit. dans un précédent billet.

[4] Wu Dianke, Xingyi quanshu daquan, p. 7.

[5] Ibidem.

[6] Voir Ma Litang 马礼堂et Sun Yaming 孙亚民, « Xingyi shizu Ji Longfeng » 形意始祖姬龙峰 [« L’ancêtre fondateur du Xingyi Ji Longfeng »], in Wulin, 84, n°9, 1988, pp. 36-38.

[7] Le légendaire fondateur du Taijiquan, Zhang Sanfeng, ainsi que, entre autres, Wang Lang 王朗 (date inconnue, il vécut cependant aux alentours du xviie siècle), le créateur présumé de la boxe de la mante religieuse, le Tanglangquan 螳螂拳, auraient également étudié au monastère de Shaolin. Voir Meir Shahar, The Shaolin monastery, p. 135.

[8] Ibidem.

[9] Voir Jacques Gernet, Le monde chinois, tome 2. Paris, Armand Colin, (1972-1999-2003), 2005, pp. 162-167, 178-182.

[10] Le Zhongnanshan 终南山, également appelé Taiyishan 太乙山 ou encore Difeishan 地肺山, est situé dans la province du Shaanxi 陕西. Il est notamment considéré comme le berceau du taoïsme.

[11] Voir Zhongguo wushu baike quanshu 中国武术百科全书 [« L’encyclopédie des arts martiaux chinois »], Beijing, Zhongguo dabaike quanshu, 1998, p. 538.

[12] Wu Dianke, Xingyi quanshu daquan, p. 8. Nous avons déjà évoqué cette explication étayée par un passage de Shiqu de wulin dans un précédent billet.

[13] Ibidem.

[14] S’écrit également 王子成, date inconnue, nous savons cependant qu’il vécut pendant le règne de l’empereur Yongzheng 雍正 (1678-1735). Voir l’ouvrage compilé par Wang Shuicheng 王水成, Yuncheng renwu zhi 运城人物志 [« Les annales des personnalités de la ville de Yuncheng »], Beijing, Zhongyang wenxian, 2003, p. 50.

[15] Voir dans un billet précédent.

[16] Ibidem. 拳之种类不同,他端亦不知创自何人, 惟此六 合拳则出自山西姬龙 […]。 精于枪法, 人皆以为神 […]。 于是将枪法为拳法, 会其理为一本, 通基形于万殊, 名其拳曰六 合。

[17] Voir l’article de Zhang Fang  张方, « Xinyiquan shiwen » 心意拳十问 [« Dix questions à propos du Xinyiquan »], in Jing Wu, n°6, 2004.  […] 近年来, 孙业民等专家考证出, 姬龙峰先生确是心意六合拳的始祖。 至于戴隆邦一系的传人附会岳飞为心意六合拳或 “意拳” 的创始人, 则毫无历史根据, 不仅正史中不见记载, 野史中也没有只言片语 […] 姬龙峰先师创心意六合拳, 绝不像王自成说的 “将枪法为拳法” 那么简单, 必然要借鉴和精研一种或几种拳法后, 才可能与枪法融会贯通, 独创一门武学。 我可以肯定地说, 姬龙峰当年从山西老家远赴河南是去少林寺学艺的。 且不说 “心意” 一词原本出于佛家典藉 《俱舍论》, 武学研究也不可能脱离人文环境, 单从语言上看, 心意六合拳最原始的套路 “四把” 的 “把” 字就是河南方言。 […] 因此姬龙峰在少林寺所学武艺应该是 “少林心意把” 和 “少林五拳” 等。

[18] Passage tiré du chapitre « Wang Xiangzhai xiansheng shengping dashij », de l’ouvrage écrit par Yu Yongnian et Wang Yuxiang, Dachengquan zhanzhuang yu Daodejing, op. cit. dans un précédent billet. […]. 是以郭氏门下深入之摩地, 得心意门之真髓者唯王芗斋先生一人而已。 […]. 形意拳原出自少林镇, 山拳法 “心意把”。 […] 首登河南嵩山访少林寺恒林大和尚, 恒林大和尚乃号称镇山之宝 “心意把” 的传人。 在少林小住数月, 终日切磋交换心得。 […]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *