Luoxuanquan : la boxe de Maître Qiu Zhihe

Qiu Zhihe (1904-1994)

Qiu Zhihe (1904-1994)

Huang Jitao 黄积涛

Le Luoxuanquan[1]  a été créé par Monsieur Qiu Zhihe sur la base de la synthèse Xingyi-bagua de Zhang Zhankui[2], enrichi des apports du Yiquan (Dachengquan) de Wang Xiangzhai[3] et du Liuhe bafa de Wu Yihui.

 

Cite this article as: "Luoxuanquan : la boxe de Maître Qiu Zhihe," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/86.

 

Qiu Zhihe, de son vrai nom Qiu Ling, est né le 10 novembre 1904 dans la ville de Hejian (province du Hebei) et est décédé le 27 février 1994. Il était le deuxième fils de Monsieur Qiu Zucheng, qui a successivement travaillé dans plusieurs districts de la province du Shanxi dont celui du Licheng, Changzhi, Lucheng, Tunliu et Wuxiang.

Automne de la troisième année du règne de l’empereur Guangxu[4](1877), en Chine du Nord. En ces temps de terrible sècheresse, alors qu’il pénétrait les remparts de la ville de Tianjin afin d’y faire commerce de fruits et légumes, Zhang Zhankui (aussi appelé Zhang Zhaodong), un villageois du bourg de Hongyan appartenant à la sixième génération de l’école du Xingyiquan de la province du Hebei, a été arrêté par un garde officiel pour avoir lourdement blessé quelqu’un au cours d’une bagarre à mains nues. Qiu Zucheng, qui était alors responsable de l’arrestation de Zhang, a présenté ce dernier à son père, Qiu Xiaohua. En qualité de censeur officiel au sein de la bureaucratie impériale, Qiu Xiaohua, commandé par l’eunuque Gaojing, a ensuite recommandé Zhang Zhankui au fondateur du Baguazhang, Dong Haichuan. À quelque chose malheur est bon, en devenant le disciple de Dong Haichuan, l’illustre Zhang Zhankui est devenu l’une des personnalités les plus respectées dans l’histoire des arts martiaux chinois moderne et a été plus tard à l’origine de la création de la synthèse Xingyi-bagua.

Durant l’année 1919, alors que Qiu Zhihe et son père se rendaient à Nanjing pour affaires, Feng Baicong (de son vrai nom Feng Guozhang) a offert un banquet cérémonial au grand restaurant « Huafeng Yudou » en l’honneur de Qiu Zhihe. C’est lors de cet évènement que ce dernier est devenu le disciple officiel de Zhang Zhankui. À cette époque, sous les conseils de son maître, Qiu Zhihe a également suivi l’enseignement de Wu Yihui en Xinyi-liuhe bafaquan ainsi que celui de Wang Xiangzhai, avec qui il s’est formé au tout récent Yiquan (Dachengquan). Wang Xiangzhai s’est par ailleurs fait respectueusement surnommé « Dao Yong », dont le sens exprime une personne « impartiale et juste, qui ne cherche ni à exposer ni à cacher le tranchant de son arme »[5].

 

Le laboratoire des hutong[6]

Aussitôt après être arrivé à Beijing en 1954, muté à la capitale par sa société de transport, Qiu Zhihe a convié Zhao Daoxin de le rejoindre dans une ancienne maison d’une hutong qui servait autrefois de confiserie. Ils ont ainsi loué trois vastes pièces de la maison au style traditionnel et au toit de tuiles d’antan ; à ce moment-là, ils consacraient toutes leurs journées à une intensive recherche dans l’art de la boxe. Un an plus tard, Qiu Zhihe décrivait cette période d’entraînement en ces termes : « À cette époque nos journées étaient totalement rythmées par la pratique, on ne faisait rien d’autre que manger, s’entraîner et dormir ».

Par la suite, sur les recommandations de Zhao Daoxin, Maître Qiu a organisé un banquet afin que Maître Yao Zongxun vienne participer à leurs échanges sur la boxe. Ensemble, ils ont généreusement partagé sans aucune retenue leurs conceptions des arts martiaux, notamment sur les lacunes et les aspects nuisibles de ceux-ci. Les échanges s’animaient au même son de cloche et Yao Zongxun a fini par devenir un habitué de la « maison », ce laboratoire de discussion et de mise en pratique de la boxe en toute simplicité, sans le moindre snobisme ni contrainte de lignée quant à leurs écoles respectives. En d’autres termes, c’est ici, à Beijing, dans ce discret mais productif « atelier de la boxe chinoise », que l’art du combat chinois moderne a pris, grâce à ces trois grands réformateurs, une direction nouvelle.

Les trente années suivantes ont été consacré à la création et à l’évolution du Luoxuanquan de Qiu Zhihe, du  Xinhuizhang de Zhao Daoxin[7], ainsi que du  Yiquan  de Yao Zongxun.

En 1959, Maître Qiu poursuivait son activité professionnelle à Beijing, dans la compagnie de logistique et de transport « les Trois Bannières » au site automobile numéro sept du district Haiding. Le secrétaire de la cellule du Parti du site, Monsieur Zheng Zhangqing, éprouvait une immense admiration envers la dextérité avec laquelle Maître Qiu pratiquait son art. Ainsi, restait-il à ce dernier de « se remplir d’une ferme détermination pour que dix mille difficultés ne fassent aucun doute »… Tels ont été les conseils de Monsieur Zheng qui avait encouragé Maître Qiu à quitter son poste de magasinier à l’entrepôt afin de faire du développement de cette nouvelle boxe son véritable métier.

En 1962, Maître Qiu se plaisait à passer du temps seul, alternant étude et entraînement. Dans le calme de sa maison, il se consacrait sans répit à la lecture, à l’écriture ou à la peinture. Les fruits de ses réflexions ont donné naissance à de nouvelles sensations qui ont ainsi modifié sa façon de bouger ; il ne manquait jamais une occasion de mettre en pratique ses nouvelles découvertes. Sa peau en surface réagissait comme si un frisson lui parcourait le corps entier lorsqu’il se remémorait les expériences de ses échanges — victoires comme défaites —, avec ce qu’on appelait communément autrefois la crème des combattants de l’époque : Zhang Zhankui, Shang Yunxiang, Liu Jinqing, Han Muxia, Wang Xiangzhai, Wu Yihui, Zuo Zhenying, Zhang Dianqing, Qian Shuqiao, Zhao Daoxin, Yao Zongxun, Ma Jinyong[8], Jin Jingzhong et bien d’autres…

Les techniques du Xingyi-bagua de Zhang Zhankui, mais aussi celles du Yiquan (Dachengquan) de Wang Xiangzhai et celles du Liuhe-bafa de Wu Yihui ont, en effet, toutes servi d’inspiration pour la création du Luoxuanquan. Cette boxe se caractérise par la combinaison de forces d’attaques rectilignes et circulaires, d’où le terme de luoxuan : en « spirale ». Le style se divise en deux formes : la première s’exécute au travers de déplacements rectilignes contenant des forces circulaires, alors que la deuxième se compose de déplacements circulaires renfermant une force rectiligne. Chaque forme se compose de 32 positions qui totalisent au final une série de 64 techniques. Les techniques sont exécutées des deux côtés et les mouvements explosifs qu’elles contiennent doivent s’enchaîner de manière particulièrement fluide.

Maître Qiu, alors retraité, est retourné vivre à Tianjin en 1963. La première chose qu’il a fait une fois de retour chez lui, a été de se rendre chez Zhao Daoxin et Ma Jinyong pour disctuer avec eux de son traité du Luoxuanquan. Zhao Daoxin a participé à la fondation de cette nouvelle boxe et a été sollicité pour en faire les démonstrations. Ce sont Zhao Daoxin et Ma Jinyong, à la fois disciples et jeunes maîtres, qui ont proposé le nom de Luoxuanquan pour cette boxe ; ils ont ainsi révisé le manuscrit en complétant les techniques jugées inachevées.

Dans les années 70-80, Maître Qiu s’est consacré essentiellement à l’amélioration et à la diffusion du Luoxuan. En tout et pour tout le style a fait l’objet de neuf révisions avant d’en établir une version finale. Néanmoins, il persiste encore aujourd’hui plusieurs interprétations différentes quant au sens des mouvements et de leurs applications. Ao Shipeng (Ao Shuopeng)[9] a fait une explication théorique du Luoxuan selon les principes de « transformation », bianxing, et de « retour à l’état originel », huanyuan[10]. Zhang Hong a exécuté une remarquable démonstration de la forme lors d’une compétition nationale d’arts martiaux chinois, puis Zhao Kaijiang et Wang Xuelin ont publié dans le magazine d’arts martiaux Wulin les photos descriptives de la forme exécutée par Maître Qiu. Si de la fondation du Luoxuanquan en découle une façon de combattre au style très personnel, parfois difficile à interpréter, il n’en reste pas moins une remarquable méthode d’entraînement raffinée. Une façon originale d’utiliser le corps permettant de développer chez l’adepte agilité et fluidité, ainsi qu’une maîtrise incroyable du déplacement donnant l’impression, lors d’un combat, de voleter à la surface du sol.

 

Se mouvoir en spirale telle une pieuvre

Le style dans son ensemble est un système composé de deux noyaux durs. Le premier élément essentiel consiste en l’art de former le corps en vue de rendre les mouvements fluides et habiles, tandis que le deuxième repose sur l’apprentissage d’une méthode et techniques de combat. L’entraînement général, qui a pour base la pratique du Xingyi-bagua, peut être tourné vers la pratique des techniques séparées ou enchaînées dans la forme. En effet, Qiu Zhihe a instauré comme conditions préalables à la pratique du Luoxuan l’entraînement au santishi[11]  et au Wuxingquan[12] du Xingyiquan, ainsi que la pratique du zouzhuang[13]  et le laosanzhang[14] du Baguazhang. En outre, ces méthodes de boxe traditionnelles ont fait l’objet d’une révision pour permettre d’exploiter les changements du Bagua dans les techniques du Xingyiquan, et la force du Xingyiquan dans les mouvements du Bagua.

 

Les 64 techniques de combat du Luoxuanquan

 

Afin de façonner son Luoxuan, pendant plus de dix ans Qiu Zhihe a su regrouper ce qui lui paraissait comme l’essentiel des techniques du Xingyi-bagua, du Yiquan (Dachengquan) et du Xinyi-liuhe-bafa. Incluant les techniques qui ont fait l’objet de modifications personnelles dues à ses propres expériences et leçons qu’il avait tiré de ses entraînements avec les représentants desdits courants, pour mettre en œuvre les 64 techniques qui composent le style.

Pour l’anecdote, dans les années 20 à Nanjing, à la fin de la cérémonie durant laquelle Qiu Zhihe a été accepté comme disciple par Zhang Zhankui, ce dernier ne manqua pas lors d’une démonstration, accompagné de son brillant disciple Zuo Zhenying, d’ajouter sa part de gaieté à la fête : suite à quelques échanges de paumes, Zhang a contrôlé le flanc droit de Zuo, puis, sous le regard ahuri des spectateurs, l’a soulevé par l’aisselle avant de le faire tournoyer en l’air comme on agiterait un grand drapeau ! La grâce et l’élégance de Maître Zhang lors de cette démonstration ont été profondément gravées dans la mémoire de Qiu Zhihe à tel point que, au cours des années 60, il a introduit cette technique au 31ème mouvement de la première forme : yaofeng yaoqi, « agiter le drapeau dans le vent ».

Maître Qiu ne tarissait également pas d’éloges quant aux talents de Maître Wang Xiangzhai et de la façon qu’il avait de contrôler les bras de son opposant ; une sorte de juanya, technique dite d’ « enrouler-presser ». Wang Xiangzhai l’utilisait souvent par surprise et la pression soudaine sur les bras de l’antagoniste faisait trembler son corps avec une prodigieuse dextérité. Il en va de même pour Maître Wu Yihui et son étonnante ruse de la technique fushen yezhang, technique dite de « la paume qui frappe vers le bas, le corps incliné ». Ces deux techniques ont respectueusement été intégrées dans la première forme, que l’on retrouve dans le 7ème mouvement appelé heng sao qian jun, soit « balayer les millions de troupes ennemis », ainsi que dans la technique bai chuan gui hai, signifiant « tous les fleuves se jettent dans l’océan » que l’on trouve au 4ème mouvement.

Une autre rencontre a influencé l’évolution du Luoxuan. Il s’agit de celle avec l’intimidant Han Muxia, maître de l’art martial doté d’un immense courage et d’un admirable talent artistique. Il était également disciple de Zhang Zhankui et autrefois surnommé « l’homme le plus puissant du monde ». Afin d’obtenir l’aide de Maître Han pour sa recherche dans la boxe, Maître Qiu, qui avait alors 27 ans de moins que ledit frère d’arme, s’est proposé d’être son partenaire d’entraînement. Une fois, lors d’un échange, ils s’étaient retrouvés en situation d’accrochage : Han avait envoyé une frappe de la paume sur Qiu qui, de sa paume également, avait bloqué l’attaque. Ce dernier n’avait alors d’autre choix que celui d’absorber la force adverse et, profitant de l’ouverture ainsi créée, de venir directement percuter de son coude — avec contrôle — la nuque de Han, lequel n’a pas caché son admiration pour la technicité de Maître Qiu. L’expérience de cette rencontre a été regroupée dans la première forme du Luoxuanquan au 15ème mouvement et a pour nom changyi wenlu, soit « demander son chemin en saluant les deux mains jointes ».

Qiu Zhihe s’est également inspiré de son assaut contre Jin Jingzhong, précisément lorsque celui-ci a tenté de briser la structure de ses bras ; Qiu a accompagné le coup de Jin qui, alors en plein déséquilibre vers l’avant, a perdu son centre de gravité. Profitant ainsi de la chute de Jin, Qiu l’a projeté aussitôt sur le sol d’une vive rotation du corps. Cette technique se trouve désormais au 8ème mouvement de la deuxième forme yi zhou jiu an, c’est-à-dire « se mouvoir comme la pirogue au bord du rivage ».

Il faut toutefois préciser que ces anecdotes n’ont rien à voir avec celles des soi-disant « éternels boxeurs invaincus » qui n’ont sans doute jamais été confrontés aux véritables tigres de ce milieu. En effet, ces artistes martiaux « invaincus » sont animés d’une bravoure sans faille lorsqu’il s’agit de relater leurs exploits en public, mais font défaut de sincérité concernant les défaites. Maître Qiu avait cette qualité d’esprit qui était de se remettre constamment en question. Il accordait ainsi davantage d’importance aux défaites, qu’il considérait comme une précieuse leçon pour évoluer, plutôt qu’aux évocations d’anecdotes victorieuses, qu’il se contentait d’écarter avec sourire. Dans les années 50 à Beijing, Maître Qiu avait invité Zhao Daoxin à « croiser les paumes ». Durant l’assaut, Qiu pensait pouvoir casser la distance d’un rapide déplacement et ainsi surprendre Zhao en le frappant au flanc sans que celui-ci ne puisse parer l’attaque. Or, au moment où le coup a effleuré l’abdomen de Zhao, ce dernier s’est mis, en l’espace d’une fraction de seconde, à vibrer de tout son corps, comme des micro-spirales qui s’élevaient à partir du tronc jusqu’aux mains. L’impulsion alors transmise du centre aux extrémités avait transformé ses mains en de véritables haches. Réagissant de la sorte et quasiment dans le même temps à l’offensive, Zhao Daoxin a écrasé de sa paume la poitrine de Qiu. Ils ont ensuite analysé leur match et les techniques employées. Maître Qiu a retenu sa propre méthode d’attaque et l’a intégré au 7ème mouvement de la première forme sous l’appellation ye di cang hua, technique dite de « la fleur cachée sous la feuille » ; la contre-attaque de Zhao Daoxin quant à elle, bo zhou cha gao, qui signifie « enfoncer la perche de bambou pour ancrer le bateau », s’est constitué dans le 5ème mouvement de la deuxième forme.

Comme évoqué précédemment, les 64 techniques se divisent en deux formes aux caractéristiques différentes et comprenant chacune d’elle 32 mouvements. La première forme est davantage remplie d’attaques rectilignes explosives et en à-coup similaires au Xingyiquan ; la deuxième forme quant à elle, met l’accent sur les déplacements continus, fluides et circulaires semblables à ceux du Baguazhang. Au travers de ses 64 techniques, Qiu Zhihe met ainsi l’emphase sur l’équilibre entre la partie gauche et droite du corps en exécutant les mouvements d’attaques d’un côté puis de l’autre pour chaque technique, ce qui donne un total de 128 mouvements. Cependant, et même si la base des 128 mouvements est nécessaire pour la formation du corps, par soucis d’efficacité en combat, Maître Qiu exigeait que ses étudiants ne s’arrêtent pas à la forme, et qu’ils choisissent cinq mouvements tout au plus. Ces mouvements sont à maîtriser et à approfondir pour leur utilisation en combat selon les conditions, la sensibilité et les besoins de chacun.

 

L’art de former le corps et les méthodes de combat

Le cœur du système de formation du corps implique des exercices de coordination, de relâchement, ainsi que des étirements des muscles et des articulations afin de relier les muscles et les tendons aux os. Il ne s’agit pas d’un travail en puissance musculaire, mais d’un travail tendineux permettant de former le corps en vue de faire la distinction entre les différentes qualités de force, à savoir la distinction entre une force « collante » et une force « effective ». Le système de mise en application des techniques est l’autre noyau dur du Luoxuanquan et a été appelé « les recettes du vieux Qiu » en raison du style de combat très personnel de Qiu Zhihe.

Le terme jiaoshoufa[15], les méthodes d’échange à mains nues, est un nom qui correspond bien à la chose qu’il désigne. Cela représente, pour Qiu Zhihe et moi-même, autant la mise en valeur de l’art de la boxe qu’une théorie philosophique de combat dans laquelle les qualités physiques, mais aussi l’expérience réelle en lutte, font parties de manière intrinsèque du système. Il apparaît clairement que ce type de méthode bouscule largement les idées reçues. Comme par exemple le fait qu’un petit mouvement puisse en contrôler un grand mouvement, ou que la mobilité puisse contrebalancer la force. En d’autres termes, que l’inhabituel puisse l’emporter sur le conventionnel. Monsieur Han Yuting de s’exprimer ainsi : « Qu’un millionnaire soit en mesure de dépenser des centaines de milliers de Yuan est tout à fait banal, mais imaginez un instant qu’un mendiant puisse soudainement sortir cette même somme de sa veste en lambeaux… Cela en surprendrait plus d’un n’est-ce pas ? Et bien c’est exactement pareil avec le Luoxuan. Il a pour résultat d’apporter aux gens, que d’ordinaire nous ne soupçonnerions pas d’en être capable, la faculté de surprendre autrui dans l’art de combattre ».

 

Les glorieux du parc Fuxing

En 1963. Maître Qiu Zhihe, alors retraité, retourne vivre chez lui à Tianjin, dans sa résidence Xinlihuali numéro 271 de la rue du Shanxi, dans le district de Heping. Chaque dimanche, il se rendait aux parcs non loin de sa maison, à savoir les parcs Miaopu et Fuxing. Dans ces lieux, des jeunes pratiquants passionnés de l’art martial avaient remarqué la dextérité peu commune avec laquelle Maître Qiu s’exerçait aux techniques de cette boxe nouvelle et différente, et l’ont ainsi prié d’accepter de leur enseigner le Luoxuan. En outre, des personnalités du milieu des arts martiaux telles que Ma Qichang, Zhao Daoxin, Qian Shuqiao, Li Shoushan, Li Xuzhou et bien d’autres, se donnaient tous rendez-vous au parc pour participer au cours. Les étudiants se faisaient de plus en plus nombreux le dimanche au parc Fuxing et le Luoxuanquan, cette nouvelle boxe chinoise des temps modernes, prenait alors racines au cœur de Tianjin, ouvrant, de cette manière, la voie à sa transmission. Dans les années 80, après la disparition de Maître Qian Shuqiao, des experts de Xuzhou mais aussi de Beijing, ont proposé à Maître Qiu de se rendre dans la province du Jiangsu et à la capitale afin de mettre en place les fondations qui assureront la diffusion du Luoxuanquan dans ces régions… On pourrait ainsi dire que le parc Fuxing a été le centre autour duquel s’est propagé le Luoxuan. À l’origine, Maître Qiu n’encourageait pas la pratique du tuishou[16]. Cependant, durant la Révolution Culturelle, l’Etat avait appliqué l’interdiction de la pratique du sanshou[17], jugée trop néfaste. Par conséquent, afin d’appliquer les techniques de combat, les étudiants devaient expérimenter en cachette ou dans les parcs en utilisant la méthode du tuishou, que ce soit entre eux, avec Maître Qiu ou avec des pratiquants d’autres styles de boxe. La ville de Tianjin comptait parmi ses plus remarquables spécialistes du tuishou le puissant adepte de Bajiquan, Maître Liu Deliang.  Cet expert en Baiji  a été témoin et admirateur des rapides progrès que faisaient les élèves de Maître Qiu en tuishou durant ces quelques années, sans toutefois en être totalement convaincu pour autant. Il s’est donc décidé à vérifier par lui-même, et n’a pas hésité pas à déclarer en place publique son envie de tester pour de bon la véritable force de l’ « Oncle Qiu ». Ce dernier, modeste par nature, a décliné l’invitation. D’après Qiu Zengti, témoin de la scène, une fois, alors que Maître Qiu se trouvait du côté nord du parc en train d’observer une partie d’échecs, Liu est apparu brusquement dans son dos en lui agrippant violemment le bras ; d’un revers inattendu, Qiu a éjecté Liu en arrière. Puis, lançant un cri sourd — « yi ! » —, Liu, frustré, a réitéré avec insistance son invitation au défi auprès de Qiu. Il lui a, cette fois, proposé de se rendre sous le pavillon situé au côté nord-ouest du parc Fuxing. Qiu déclinait toujours poliment l’invitation au défi. Toutefois, Liu était véritablement emporté par la volonté de combattre, et toutes les bonnes paroles de Qiu étaient vaines. Contre toute attente, Liu s’est approché d’un pas vif, exécutant sa technique préférée zuhe sanzhang, une combinaison de trois coup de paumes. D’un cri — « ai ! » —, Liu a frappé une première fois de sa paume, mais Qiu a amorti le coup en rentrant la poitrine : sans succès. Sur un autre cri — « heng ! » —, il a enchaîné à la vitesse de l’éclair la deuxième frappe qui a à peine touché Qiu. Sa troisième frappe a alors été hésitante au moment où il a regardé Qiu, qui demeurait serein et souriant, sans avoir lancé la moindre attaque ni même bougé ! Liu Deliang s’est ainsi déclaré vaincu et, en prononçant même le mot « professeur », s’est incliné à genoux devant Maître Qiu, qui d’ailleurs été embarrassé et s’est empressé d’aller fraternellement le relever. Plus tard, forgeant ses capacités à la sueur de l’entraînement, Liu Deliang est devenu un éminent pratiquant de Luoxuanquan, sans pour autant cesser de ne soupirer : « Ah… Si seulement j’avais pu rencontrer Maître Qiu dix ans avant ! ». Parmi les illustres personnes du parc Fuxing, il y avait également le grand et costaud Li Dongchuan. Excellent lutteur, il a notamment fait sa réputation avec ses pratiques d’endurcissement du corps, dont la tête, les bras et le dos, en frappant sur des peupliers blancs vieux de quelques dizaines d’années. C’est en faisant vibrer les arbres comme les cordes d’une cithare qu’il s’est vu surnommé « Li-tête-de-fer ». Une discussion sur les arts martiaux, au cours de laquelle il a eu vent des capacités de Liu Deliang à dégager la force en de « micro mouvements », l’a laissé perplexe… De virulents échanges s’en sont suivis et la querelle a aussitôt amené, en présence d’un certain Liang Guanghua, Li et Liu à se mesurer en public. Li avait décidé de frapper le premier d’un coup de pied sur le tibia de Liu. Ce dernier, rentrant de plein fouet dans l’attaque de Li, l’a fait dégager en arrière. Lors de la deuxième tentative, bien que tout aussi féroce, Li s’est fait éjecter de plus belle. Li et Liang ont d’abord sollicité Liu Deliang de leur enseigner le Luoxuanquan, avant d’être présentés à Maître Qiu. Toutefois, durant son apprentissage, Li Dongchuan s’est rendu compte de la profonde complexité de cette boxe et, en raison de son âge, s’inquiétait de savoir si un jour il en pénétrerait le sens. De ce fait, il a envoyé directement à Maître Qiu son propre étudiant, Shi Kui, qui est devenu un participant de plus au processus d’amélioration du Luoxuanquan.

Dans ses versets qui s’intitulent « Poèmes de l’Art de la Boxe Interne » décrivant les particularités du XingyiBaguaTaiji, ainsi que des maîtres de l’époque moderne, Monsieur Yang Huashan du district Xincheng de la province du Hebei s’exprime ainsi : « […] Ce sont trois familles. En dépit du fait qu’elles rivalisent entre elles, ce sont trois familles qui pourtant contiennent le même principe originel : le dur et le souple, grâce aux principes des transformations, deviennent complémentaires. Qui peut bien parvenir à en récupérer la quintessence et ainsi les réunir en une seule ? Je me souviens, c’était un jour du mois de mars de l’année 1974, j’eus l’honneur d’apercevoir le Luoxuanquan alors que je me promenais dans le jardin Huangjia de Tianjin. La forme extérieure était souple tel le Taiji, une allonge pénétrante et des courbes fluides proches du jeu de paumes du Bagua, le tout enveloppé de la vigueur et de la puissance du Xingyi… Mais qui peut bien arriver à les faire converger ainsi ? Ce n’est pas l’étude d’une œuvre qui est difficile, c’est sa création. En souvenir de Maître Qiu. […] »

Il m’est difficile de discerner à partir de quel moment dans le système de transmission traditionnel l’on peut considérer un disciple comme « héritier » du Luoxuanquan. En effet, l’histoire de cette école et celles de ses initiés est si riche et si complexe, que j’invite respectueusement les pratiquants engagés sur ce chemin à venir compléter, la liste présente ci-dessous, de personnes ayant étudié le Luoxuanquan.

 

Dans la ville de Tianjin :

Guo Xingguang, Zhao Lihua, Li Penghui, Qiu Zengti, Liu Xiangrui, Li Changjiu, Zhang Xingwu, Wang Xuelin, Wang Xueyi, Yu Guoquan, Zhao Kaijiang, Liu Deliang, Niu Suochen, Han Yuting, Yang Ruhong, Li Dongchuan, Li Zuoxian, Zhang Fengkui, Che Baomao, Liang Guanghua, Xu Lizhong, Wu Wenhan, Zhou Keqin, Wu Lianyun, Zhang Hongjun, Zhang Hongbiao, Dong Zhiqiang, Zhou Lianju, Li Fushen, Han Fu, Lin Xinxian, Chen Lei, Xu Guangyi, Shao Minqiang, Li Younian, Wang Jiajun, Li Shoushan, Yang Siyong, Ni Zupei, Zhao Liancheng, Wang Xiying, Hao Baofa, Luo Silin, Dong Shougang, Shi Kui, Wang Zonggao, Wang Ruichang, Yu Weihong, Jiang Ruilai, Ren Datong, Huang Jitao etc.

Dans la ville de Xuzhou :

Zhao Chuanxiao, Ma Xingyuan, Ma Liyuan, Liang Zhonghui, Pen Xiaojie, Wang Yujin, Li Pengrong, Wang Yongzhu, Li Shirong, Liu Mingbiao, Zhu Rongxiang, Sha Bingzhou, Liang Ruizheng, Wang Hua, Wang Yuanyi, Cai Ling etc.

Sur le plan technique, Wang Xuelin et Guo Xingguang ont relativement bien développé le Luoxuanquan tout en conservant son style d’origine. Parmi eux, on notera la « force élastique » de Wang Xuelin et la fluidité de Guo Xingguang. Liu Deliang, Zhao Kaijiang, Yu Guoquan[18] et Zhang Fengkui brillent particulièrement dans la pratique du tuishou. Liu Deliang a développé puissance et « force courte » et Zhao Kaijiang, lui, est surnommé « le tank ». Yu Guoquan s’est distingué dans le milieu à Tianjin grâce à son niveau en tuishou et notamment en hissant sa propre bannière du Yiquan. Quant à Zhang Fengkui, il s’est démarqué en regroupant sa pratique du Luoxuan avec celle du Bajiquan. Dans le domaine du combat, Zhang Hongjun, Zhang Hongbiao ainsi que Chen Lei ont élevé le niveau technique grâce à l’association du Luoxuanquan et du Xinhuizhang. Par ailleurs, Zhang Hongbiao a aidé efficacement au développement du système de combat de la police militaire. Plus discret, Chen Lei a néanmoins su cultiver une technique d’une grande qualité et diffuser une pratique authentique.

Toute sa vie durant, Maître Qiu Zhihe avait malgré tout pour seul et unique désir de faire de la boxe un plaisir et non une profession. De plus, pendant tout le processus de création et d’enseignement du Luoxuanquan, il dispensait et faisait démonstration de son art à sa guise, selon sa propre sensibilité et sans contrainte, en abordant la boxe sous les deux aspects que sont les méthodes de combat et l’art de former le corps. Notons cependant qu’outre ceux qui étaient incapables de supporter l’amertume des entraînements au combat, la plupart des étudiants faisaient face à la difficulté qui était celle de s’adapter à cette nouvelle vision des choses. De ce fait, beaucoup n’ont pu percer dans son intégralité la pensée de Maître Qiu Zhihe, ni le véritable sens de son art.

Remerciements : Je tiens à remercier Li Changjiu, Guo Xingguang, Li Penghui, Qiu Zengti, Liang Guanghua, Li Fushen, Lin Xinxian, Chen Lei, Hao Baofa et Luo Silin pour la rédaction de cet article. Je tiens également à remercier pour leur soutien et la révision des écrits Monsieur Wang Xuelin, Ma Jinyong ainsi que Qiu Keming (le fils de Qiu Zhihe).

[1] Litt. la boxe en spirale.

[2] Voir La vie de Zhang Zhankui, récits et anecdotes de Huang Jitao.

[3] Voir Les annales de Wang Xiangzhai de Yu Yongnian et Wang Yuxiang.

[4] Né Zaitian 載湉 (1871-1908), empereur de Chine de la dynastie Qing de 1875 à 1908.

[5] Wang Xiangzhai avait la réputation d’être une personne humble et intègre, qui cherchait simplement à être lui-même, c’est-à-dire qu’il ne vantait ses talents ni ne se sous-estimait. Le nom de Dao Yong fait ici référence à celui qui s’accomplit dans ce que l’on appelle communément « la Voie du milieu ».

[6] Etroites ruelles pékinoises, jadis considérées comme résidences aisées et habitées par des familles impériales, des nobles, ou des commerçants. Chaque habitation emmurée possède une cour carrée.

[7] Voir En souvenir de Zhao Daoxin de Yu Guoquan et A mon vénérable maître, Zhao Daoxin de Ma Jinyong.

[8] Voir A mon vénérable maître Zhao Daoxin de Ma Jinyong.

[9] Voir Souvenirs de Qiu Zhihe d’Ao Shipeng.

[10] Principes dits de « transformation » 变形 et du « retour à l’état originel » 还原.

[11] Exercice faisant parti des différents zhanzhuang, dit travail postural, du Xingyiquan.

[12] Exercice de boxe du Xingyiquan basé sur la théorie cosmologique des Cinq Phases.

[13] Exercice de marche circulaire autour d’un point central constituant la base de la pratique du Baguazhang.

[14] Les trois changements de paumes antiques, techniques de combat fondamentales du Baguazhang.

[15] Terme qui désigne aussi les techniques de combat ou les applications martiales en général.

[16] Litt. poussée des mains, est un exercice avec partenaire dans lequel les frappes ne sont pas librement admises et qui consiste à, tout en gardant les avant-bras collés, de déstructurer l’ossature et casser la force du partenaire pour ensuite pousser ou projeter celui-ci. Il vise à développer la réactivité et la sensibilité du pratiquant pour aborder ensuite le sanshou (voir note 17).

[17] Litt. « dispersion des mains », désigne plus précisément un assaut libre, san 散, à mains nues, shou 手. Le sanshou désigne également un exercice de combat au cours duquel deux partenaires s’affrontent à coups de poings, de pieds et projections au sol avec ou sans protection et dans des règles définies au préalable par le maître ou les deux antagonistes.

[18] Voir En souvenir de Zhao Daoxin de Yu Guoquan.

Texte original : 

luoxuan page 1

luoxuan page 2

luoxuan page 3

luoxuan page 4

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *