A la mémoire de Qiu Zhihe

Ao Shipeng, Qiu Zhihe

Ao Shipeng, Qiu Zhihe

Ao Shipeng 敖石鹏, « Yi Qiu Zhihe » 忆裘稚和 (Souvenirs de Qiu Zhihe). Dans Cangzhou wushu bianzhi weiyuanhui (ed.), vol. 8 « chuanren shilüe », Cangzhou wulin zhi 沧州武林志 (Les annales du cercle des arts martiaux de Cangzhou). Shijiazhuang : Hebei renmin, 1991.

 

Cite this article as: "A la mémoire de Qiu Zhihe," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/98.

 

Dans les années 60, peu avant la Révolution Culturelle, par un heureux concours de circonstances j’ai fait la connaissance de Maître Qiu Zhihe. Il souhaitait étudier les huit techniques fondamentales de la lance, bamuqian[i], que j’avais justement pratiqué durant mon enfance. Nous avons été mis en relation grâce à un ami, et notre rencontre a eu lieu à l’approche du soir, devant l’entrée du stade de sport au jardin du Peuple dans le district de Heping. L’ami en question qui avait organisé notre rencontre n’est pas venu et nous avons fait nous-même nos présentations. Ce qui était drôle, c’est que je tenais dans ma main une canne, lui une perche de bambou et, par conséquent, nous n’avons pas eu besoin de dire un mot ; au premier regard, chacun savait qui était qui. Je lui ai raconté que, lorsque j’avais un peu plus de dix ans, j’ai appris la technique de la grande lance bamuqiang du maître prédécesseur Liu Dekuan auprès d’un certain Maître Jin Zhongnian. Cependant, cela faisait de nombreuses années que je ne m’étais plus exercé et j’en avais oublié une bonne partie. Nous avons alors pratiqué en binôme l’enchaînement  de « piquer », zha, et les techniques basiques d’appuyer en demi-cercle vers l’intérieur, na, et de dévier en demi-cercle vers l’extérieur, lan. Ensuite, il m’a montré le changement de paume simple du Bagua[ii] ; sa robe légère traditionnelle s’élevait en flottant dans le vent au gré de sa gestuelle puis, lorsqu’il avait fini ses mouvements, le vêtement retombait en retrouvant sa forme originelle, sans un pli. C’était magnifique. À ma grande surprise, je ressentais la saveur du Yiquan dans ses mouvements de boxe ; sans cacher ma joie je lui ai demandé franchement :

« Est-ce que vous connaissez Maître Yao Zongxun ?

— Je suis le disciple de Wang Xiangzhai, m’a-t-il répondu fièrement, comment pourrais-je ne pas connaître Yao Zongxun ? Son niveau est majestueux ! ». Au fil de la conversation, malgré qu’il s’agissait que de notre première rencontre, nous avions cependant le sentiment d’être comme de vieux amis qui se retrouvent loin de chez eux, avec milles choses à se raconter, mais incapables d’exprimer la profonde amitié qu’ils se portent l’un l’autre. C’est ainsi que, d’année en année, il est devenu pour moi un excellent maître, mais aussi un ami bienveillant avec lequel j’ai entretenu une complicité fraternelle pendant plus de trente ans. L’homme que j’ai connu était une personne au caractère noble et à l’âme charitable, indifférent face à la gloire et la fortune, aussi affable qu’accessible ; une personne sincère, animée par la joie d’aider autrui ; une personne qui avait le cœur sur les lèvres, rayonnante par son ouverture d’esprit et sa loyauté ; enfin, il aimait la simplicité et le naturel, qualités qu’il a préservé avec une âme d’enfant jusqu’à son dernier soupir.

En 1929, Qiu Zhihe et Zhao Daoxin sont devenus tous les deux, en même temps, les disciples de Wang Xiangzhai, sous la direction duquel ils ont étudié le Yiquan. Dans un passage du livre de Li Ying’ang, lequel s’intitule Yiquan zhenggui « Les principes corrects du Yiquan », il est écrit : « Zhao Daoxin, originaire de la ville de Tianjin dans la province du Hebei et disciple de Maître Zhang Zhaodong[iii], a obtenu de brillants résultats aux épreuves nationales d’arts martiaux à Hangzhou en 1929 grâce aux principes du Yiquan qui lui ont été transmis ». Qiu Zhihe était également présent lors des leçons de Maître Wang. D’ailleurs, Maître Qiu dit un jour à Daoxin : « Si ces résultats ont pu être obtenus, c’est grâce aux efforts que Wang Xiangzhai a mis en œuvre pour que nous autres, les contre-révolutionnaires, puissions réussir. C’est maintenant notre devoir de nous impliquer pour Yuanzhai ». Mais par peur que Zhang Yuanzhai (le fils de Zhang Zhankui) en éprouve de l’embarras, il a ajouté en s’adressant de nouveau à Zhao Daoxin : « Il nous suffit de lui montrer un peu en croisant les paumes tous les deux et lui aussi réussira… ».

Daoxin était celui que Qiu Zhihe admirait le plus. D’ailleurs, lors des assauts, ce dernier a perdu de nombreuses fois contre lui. Cependant, une fois, il a saisi l’opportunité de gagner en utilisant la technique ning yao san wang, soit « vriller la taille en jetant le filet »[iv]. En se déplaçant, il a réussi à contourner Daoxin puis, une fois dans son dos, l’a frappé violement des deux poings ; le coup a eu pour résultat de véritablement mettre Daoxin en état de choc ! Aujourd’hui encore, cette scène est restée inscrite dans ma mémoire, tout comme le visage de Daoxin, complètement sidéré.

Maître Qiu était un grand farceur et avait beaucoup d’humour. Il taquinait souvent Shang Yunxiang, lequel était bien plus âgé, en lui disant qu’il était son jeune maître… Il a effectivement souvent eu l’occasion de croiser Shang Yunxiang chez Maître Zhang Zhankui, mais également chez Wang Xiangzhai. Une fois, chez ce dernier, durant une torride journée d’été, Shang Yunxiang était tranquillement assis dans la cour, exposant son ventre tel un énorme tambour. Maître Qiu est alors venu s’accroupir près de lui puis, tout en lui caressant le ventre avec sa main comme on caresserait le dos d’une tortue, lui dit : « Hé mon beau, t’as une carapace accroché sur le bide ». À peine Shang avait-il levé sa main pour l’effrayer que Qiu avait déjà déguerpit à la vitesse de l’éclair ! Autrefois, Wang Xiangzhai racontait à Maître Qiu : « J’ai déjà affronté Shang Yunxiang dans ma cour. Il m’avait littéralement martelé l’avant-bras avec le tranchant de sa main en interceptant ma frappe du poing. J’ai alors changé de main, mais il me frappait encore avec la même technique. Sa puissance était telle que j’en avais les bras paralysés. Je l’ai toutefois fait chuter de nombreuses fois lorsque nous faisions le tuishou. Suite à cela, il s’est rendu à l’évidence et s’est mis à pratiquer le zhanzhuang pendant huit ans au parc Xiyuan à Beijing ».

Maître Qiu racontait également : « Wang Xiangzhai et Shang Yunxiang se mesuraient aussi à la lance. Un jour, alors que Shang cherchait à piquer férocement, d’un mouvement fulgurant et en faisant glisser sa lance sur celle de Shang, Wang a dévié l’attaque et a envoyé le dard de lance de Shang s’encastrer dans le mur. La violence du choc était-elle que cela a même creusé un trou dans la cloison ». Les anecdotes des échanges en tuishou et à la lance, mais aussi le fait que Shang Yunxiang s’est entraîné pendant huit ans au zhanzhuang, je certifie l’avoir déjà entendu de Maître Yao Zongxun. Seul l’endroit exact où il pratiquait le zhanzhuang m’est sorti de la mémoire.  Par contre, j’avoue croire à moitié la fois où Wang Xiangzhai avait les bras paralysés suite aux attaques de Shang Yunxiang. En effet, Maître Wang n’était pas du genre à laisser son opposant bouger en premier, au contraire, sa stratégie de combat était justement de prendre l’initiative le premier, avant même que l’opposant n’ait pu faire quoique ce soit.

Maître Qiu adorait les arts martiaux depuis son enfance. A l’âge de 8 ans, il a été le disciple de Maître Zhou Daxue, auprès duquel il pratiquait le Shaolin dans la ville de Hejian. Puis, à l’âge de 12 ans, il est devenu le disciple de Zhang Zhankui, avec lequel il a entrepris l’étude du Xingyiquan et du Baguazhang. On peut ressentir ainsi dans la boxe qu’il a créé plus tard, le Luoxuanquan, toute la quintessence de chaque art martial qu’il eut pratiqué, sans oublier l’habileté du Liuhe-bafa de Wu Yihui ainsi que les techniques de la lutte chinoise, le shuaijiao. Autrefois, lorsqu’il était à Hejian, Maître Qiu a aperçu un homme coiffé d’un étrange chapeau. En effet, sur celui-ci étaient accrochés, sur le côté droit comme sur le côté gauche, des anneaux en cuir. Le couvre-chef ainsi sur sa tête, l’homme demandait alors aux passants de lui jeter des boules de fer qu’il arrivait à esquiver et à faire passer au travers des anneaux ! Hélas, Maître Qiu l’a perdu de vue et le souhait de vouloir étudier auprès de cet homme ne s’est jamais réalisé. Il en a toujours gardé un profond regret. Dans son adolescence, le jeune Qiu était scolarisé au collège Fulun de la ville de Tianjin. Il était particulièrement doué pour l’éducation physique et adorait notamment la natation et le saut en longueur. Si bien que certains faisaient courir la rumeur comme quoi il pratiquait le qinggong[v]  et était capable de marcher sur les murs et de bondir dans les airs ! Il avouait, non sans humour, qu’en effet il avait le corps léger et habile, suffisant pour grimper de hautes échelles, mais certainement pas pour courir sur les murs et voltiger comme « Li l’hirondelle »[vi]. Moi-même je lui disais : « Je connais bien Li l’hirondelle, lui non plus ne sait pas voler ! ».

Maître Qiu connaissait sur le bout des doigts et savait raconter, avec beaucoup de détails, toutes les histoires sur Maître Zhang Zhankui. Un jour, durant la période républicaine, Maître Zhang se trouvait dans une maison close en train de faire une partie de cartes avec la tenancière (autrement dit la maquerelle de la maison) quand, soudain, une prostituée est entrée en pleurant dans la pièce et s’est prosternée devant le Maître. Un voyou venait en effet d’abuser d’elle et la menaçait de la vendre sur le marché de la prostitution. Elle priait ainsi Maître Zhang de venir à son secours. Ce dernier accepta et lui dit : « Va lui dire que tu es désormais sous ma protection. Qu’il vienne donc me voir s’il a quelque chose à dire ». Peu après que la courtisane soit partie, l’homme en question s’est amené devant Maître Zhang et lui a fait ses excuses, après lui avoir expliqué qu’il ignorait que la fille était sous sa protection. Voulant toutefois distraire l’attention, le brigand s’est incliné devant Maître Zhang comme dans l’intention de se prosterner. Ce dernier l’en a empêché d’un franc mouvement de la main lorsque, contre toute attente, la tenancière s’est mise à hurler de frayeur : l’homme avait brusquement sorti une dague pour poignarder Maître Zhang ! Celui-ci, en creusant sa poitrine vers l’intérieur pour esquiver le coup de lame, a alors saisi le poignet du voyou d’une main et, de l’autre, lui a écrasé le coude pour l’amener calmement à ses pieds. Il l’a ensuite traîné jusqu’au fourneau sur lequel était en train de bouillir de l’eau dans une marmite en fonte, puis, tout en le soulevant doucement au-dessus, lui dit : « Je vais te faire bouillir, tu vas voir ». Maître Zhang a toutefois fini par relâcher l’homme qui suppliait qu’on lui laisse la vie sauve, et est retourné s’asseoir finir sa partie de cartes. Maître Qiu me disait que Zhang Zhankui était un homme de sang-froid, impassible, l’esprit aiguisé, la main preste et l’œil vif. En écoutant ces histoires, je comprenais ainsi petit à petit plus en profondeur ce qu’autrefois Wang Xiangzhai voulait dire par « la boxe prend racine dans le cœur ». Il s’agit, en effet, d’un principe qu’il faut éprouver tant dans l’étude théorique, qu’à travers l’expérience réelle.

Pour illustrer ce principe, Maître Qiu prenait également un autre exemple tout à fait opposé. Une fois, un célèbre maître d’arts martiaux, originaire d’une certaine province, s’est rendu à Tianjin afin de rencontrer les maîtres locaux et ainsi échanger avec eux. Tout s’était très bien passé, et le maître était satisfait de son séjour. Cependant, ledit maître étant sur le point de partir, un homme, habillé d’une élégante et longue robe traditionnelle, dotée également de longues manches, souhaitait le remercier (à l’époque, les membres de l’armée d’investigation s’habillaient fréquemment en civil…). Au moment où le maître s’est incliné à son tour pour rendre les salutations, contre toute attente, l’homme a sorti deux grosses boules de fer qui étaient dissimulées dans ses manches ! Il les lui lança en pleine face, ce qui eut pour effet de littéralement lui fracturer le crâne. Ce maître d’arts martiaux est retourné dans la province d’où il venait et est mort peu de temps après des suites d’une dépression. C’est une triste histoire, causée par la négligence et le manque de vigilance.

Maître Qiu ne tarissait pas d’éloges quant à l’excellent gongfu de Maître Yao Zongxun. Il disait notamment que ce fut un combattant animé d’une conduite morale exemplaire. Une fois, le cercle des pratiquants de Yiquan ont convoqué la « Grande réunion de combats entre le Nord et le Sud ». Le premier candidat du Sud était You Pengxi, suivi des frères Han Qiao et Han Xingyuan ; tous ont fait le voyage de Shanghai jusqu’à Beijing pour l’évènement. En effet, l’équipe de Shanghai était considérée comme étant celle du Sud. Du côté du Nord, le premier de l’équipe était Yao Zongxun, suivi de Li Yongzong et bien d’autres. L’organisation de l’évènement, présidée par Maître Han Qiao, revenait au « groupe d’éducation physique de la Société des Quatre Principes »[vii]. Maître Qiu, quant à lui, était aux côtés de Wang Xiangzhai dans l’encadrement des combattants et l’arbitrage des combats. La réunion se passait au numéro 1 de la hutong Jingyu, dans la salle d’une ancienne résidence officielle. Le premier combat — rencontre la plus cruciale de l’évènement —, opposait You Pengxi à Yao Zongxun. You Pengxi maîtrisait particulièrement le Liuhe ainsi que le Wujiquan, desquels il avait récupéré le meilleur de ce que proposaient ces pratiques. Puis il a étudié les principes du Yiquan sous la direction de Wang Xiangzhai et a développé sa propre boxe appelée la « Force vide », kongjin, avec laquelle il pouvait contrôler et faire chuter les gens s’en avoir besoin de les toucher… Yao Zongxun avait un profond respect envers ses aînés, et il se trouvait justement que l’âge de You Pengxi dépassait le sien de plus d’une dizaine d’années. Pendant l’échange, la « Force vide » de You Pengxi semblait toutefois mal fonctionner sur Yao Zongxun ; You Pengxi a donc décidé de continuer en attaquant Yao au contact, lequel réagissait en faisant perdre à You son centre de gravité. Mais c’était à chaque fois de façon fair-play, sans jamais utiliser véritablement de force, et cela afin que soit déclaré match nul. Maître Wang Xiangzhai a pourtant déclaré You Pengxi vainqueur de ce duel. Maître Qiu a contesté cette injuste décision et a quitté la salle dans l’indignation en renversant la table sur laquelle était disposé le banquet de clôture de réunion.  Le reste des personnes présentes ont également quitté une à une le lieu dans la mésentente.

Ce n’est qu’un peu plus tard qu’ont été dévoilées les intentions de Zhang Bi, à savoir celle de vouloir faire rentrer les célèbres artistes martiaux, du Nord comme du Sud, dans la société secrète de la Bande Verte[viii]. Connaissant les dessous de cette affaire, Maître Qiu a fait ainsi exprès de perturber audacieusement cette réunion dans le but de saper ce complot. À chaque fois que Maître Qiu racontait cette histoire, on pouvait lire sur son visage toute la fierté qui l’animait en disant : « J’ai sauvé la vie de Maître Wang… ». Je n’étais personnellement pas à Beijing au moment des faits, et je ne peux donc témoigner. Je l’ai seulement entendu, c’est tout.

La vie quotidienne de Maître Qiu est-elle aussi remplie d’histoires intéressantes. Tous les matins, au chant du coq, il se levait pour aller balayer sa rue toute entière avec un grand balai de bambou. Des années durant, il a utilisé ce même balai tous les jours en disant que c’était aussi un bon moyen de s’entraîner, de se dynamiser. En effet, pendant la tempête ravageuse de la Révolution Culturelle, il disait : « Voilà ma contribution… considérons cela comme une auto-rééducation ». Ainsi, il continuait de balayer de la sorte chaque jour comme si de rien n’était. Durant ses vieux jours, Maître Qiu a travaillé bénévolement pendant une vingtaine d’années en tant que « gardien de la sécurité » sans jamais recevoir une quelconque rémunération. Il racontait notamment : « Pendant la Révolution Culturelle, à Tianjin, j’étais le seul, parmi les capitalistes, dont les biens n’aient pas été confisqués ». Les raisons de sa longévité sont manifestement sa personnalité généreuse, toujours prête à aider son prochain, ainsi que sa capacité à accepter l’amertume avant de savourer la douceur.

La valeur en combat réel de son Luoxuanquan est extrêmement efficace. Qui plus est, les techniques d’applications sont-elles aussi particulièrement intéressantes. Un jour, pendant les funérailles d’une proche relation, un homme est venu provoquer la bagarre et perturber la cérémonie. Naturellement, Maître Qiu s’est interposé pour interrompre l’échauffourée, mais la situation s’est vite retournée contre lui quand le gaillard s’est mis à vouloir le frapper. Maître Qiu nous racontait ainsi : « J’ai utilisé un déplacement de valse à trois pas rapide ; dans l’instant où j’ai intercepté son bras, j’ai fait un léger déplacement du corps sur le côté, puis je l’ai éjecté à l’extérieur de la pièce. Le type s’est retrouvé alors dehors, couché sur le dos, et la cérémonie a pu retrouver le calme ». J’ai de ce fait prié Maître Qiu de m’enseigner sa technique aussitôt après avoir entendu cette histoire ! Il m’a accompagné quelques fois dans la pratique  et j’ai pu me rendre compte à quel point c’était rationnel et utilisable.

Les anecdotes de Maître Qiu sont nombreuses et il serait difficile de toutes les exposer ici ; nous avons donc, ci-dessus, raconté seulement quelques-unes d’entre-elles.

[i] Bamuqiang 八母枪, soit les « huit techniques fondamentales de la lance » à savoir na 拿, lan  拦, dian  颠, zhuo  捉, lu  撸 et chanlan  缠拦.  Ces quatre techniques forment un ensemble de huit positions si elles sont pratiquées en avançant puis en reculant.

[ii] Bagua danhuanzhang 八卦单换掌.

[iii] Autre nom de Zhang Zhankui.

[iv] En référence à un mouvement de pêche traditionnelle au filet.

[v] Le qinggong 轻功 est une pratique visant à un contrôle du corps afin de rendre celui-ci léger, largement exagérée dans les fictions de wuxia.

[vi] Li l’hirondelle, Yanzi Lisan 燕子李三, est  un héros de la légende populaire traditionnelle qui maîtrisait cet art de déplacement, d’où il tire son nom.

[vii] Sicun xuehui tiyuban 四存学会体育班.

[viii]  Qingbang 青帮, la Bande Verte, fut une société secrète, ou triade, à l’origine créée sous la dynastie des Qing pour faire la résistance à l’invasion Mandchoue, cependant versera dans des activités criminelles comme entre autres la vente d’opium, la prostitution et de casinos jusque dans les années 50 à Shanghai.

Texte original :

忆裘稚和

敖石鹏
六十年代文革前,一个偶然的机会,使我和裘稚和先生相识,他想研究“八母枪”,恰好我曾学过,经朋友介绍见面,见面地点时间是在和平区民园体育场门前傍晚,介绍人不去,让我们自我介绍,有趣的是他手持拐杖,我拿一根竹竿,等一见面,没等说话,就知道谁是谁了。我告诉他,我十几岁时跟一位金锺年老师学过大枪“刘德宽”老前辈的“八母枪”,但是多年不练也忘得差不多了。当时我跟他合练对扎套路和基本功“拿”“拦”的练法,后来他做了做八卦单换掌,走起来衣衫随风飘荡,收式时,衣襟下摆随之还原,十分好看。当他做几个拳势时,想不到,竟带意拳风采,喜得我冒问一声:“您认识姚宗勋吗?”他得意地说:“我是王芗斋的徒弟,怎么会不认识姚宗勋?宗勋功夫好呵,黄钟大吕!”由于这一问一答,使我俩由初次见面,一下子飞跃成为好像多年老友久别重逢于异乡时那样惊喜,有说不尽的千言万语、无从提起的深情厚意。此后卅年交往切磋,他始终是我的良师益友,无话不谈的弟兄。我了解他的人格高尚,急公好义;了解的淡泊名利,平易近人;了解他待人以诚,助人为乐;了解他光明磊落心直口快,深知他禀性纯朴,耄耋之年犹存稚子童心。
裘稚和于1929年奉师命与赵道新同拜王芗斋老先生为师学意拳。据李英昂注《意拳正轨》中讲:赵道新,河北省天津人,张兆东先生之弟子,民国十八年 1929年赴杭州比赛前张嘱拜先师门下,传以意拳心法,终能在杭州国考夺得优得归。裘稚和亦同得王先生心法。他曾对道新说:“这是王先生给咱们反革命的桥,才得了这个东西。咱们也得给远斋搭个桥。”他又怕张远斋(张占魁之子)不好意思,便对赵道新说:“咱俩搭手让他看看就有啦。”
裘先生说他最佩服道新。他跟道新比试多次皆败,有一次他得到机会了,用一个拧腰撒网,转到道新身后,双拳猛打,结果他休克啦!到今天,我还记得他作休克时的样子。
裘先生幽默诙谐,他跟尚云祥老师论起来他是小师弟。尚云祥岁数比他大得多。他在张占魁老师家中常和尚云祥见面,有一回在王芗斋先生家中碰见尚云祥在院里坐着,夏季天热,尚云祥露着肚子像个大鼓,裘蹲在尚的身边,用手抚摩尚云祥的肚子,麻麻扎扎的象个龟背,说师哥你肚子上扣着一个王八盖子呀。尚吓唬他,举起手,裘一溜烟早跑啦。裘先生说王芗斋老先生曾告诉他:“我跟尚云祥在院里过手,我打他一拳,他用斩手砸了我一下,我换手打,他又斩了我一下,他的劲真大,我两胳臂都麻了,一会又推手,我摔了他几个,他服了,后来他在北京西苑站了八年桩。”
裘先生说:“有一回二人比枪法,尚猛刺一枪,王老用枪一滑,他的枪扎斜了,力量过猛枪头插进墙里,把墙扎了个洞。“以上几件事:推手、扎枪,尚站八年桩,笔者听姚宗勋先生谈过,只是站桩地点是何处我忘了。关于王老双臂被尚云祥先生砸麻之事我半信半疑。因王老比武皆是后发先制,并无先发制人之战绩。
裘先生自幼好武,八岁拜河间周大雪老师学少林,十二岁拜张占魁为师学形意拳、八卦掌。在他创造的螺旋拳中可以发现,除上述各种拳术的精华外,还有吴玉辉的六合入法法和摔跤站的技巧。他在河间曾见一个戴一特制帽子在头上,左右两边都不有胶皮圈,命人以铁球自远处砍来,他能迎合铁球入圈,裘追其人想学未遂,一直引以为憾。裘先生少年就读天津扶轮中学,酷好体育,善游泳,颇有心得,喜跳跃。传说他练轻功能窜房越脊,他说身子轻便,登梯爬高有之,像燕子李三那样窜房越脊我不会,笔者说:“我了解李三,他也不会。”
谈张占魁老先生的轶闻,他如数家珍。民国时期有一次张老去妓院,在女班主(即老鸨子)屋内斗纸牌。一妓女进门跪地磕头,哭诉一个恶棍霸占了她,并把好她卖淫收入勒索一光,哀求张老救她一命。张老概然应允说:“你告诉他说我包下你啦,有事找我说。”妓女去后不久,那人进来直走到张老面前说他不知道那妓女是张老的人,现来赔礼道歉。说时屈膝欲跪,张老伸手拦阻,此人突然拔出匕首,分心就刺,吓得老鸨尖声惊叫,张伸手缩胸,一手拿腕一手托肘,从容下地穿鞋,把此人架到灶上开水铁锅前,轻轻举起说“我煮了你吧。”那人连喊饶命,张老放下他又坐下斗纸牌。这时那人真跪下说:“我有眼不识泰山,您饶我一条命,我从此远走他乡,离开天津卫”。说完给张老磕了个头,从此离开了天津。裘先生说张老手疾眼快,冷静机智。我听了后,进一步懂得了王老说的 “拳拳服膺”谓之拳的理论也是经验之说。
裘先生还讲过一个相反的例子。他说有一个外省著名武术家来天津访问、交流、教学训练,一切顺利,满意。临行前有一人前来道谢,欢送时,那人身穿长衫,两袖很长(解放前北京侦缉队的人,多此打扮),此人乘这位老师送客时,深鞠一躬,突然把袖里藏着的两个大铁球砸在这位老师的脚面上,骨碎筋折。这位老师还乡后不久抑郁而死。这是粗心大意丧失警惕的恶果。
裘先生最喜欢谈姚宗勋先生的功夫高,人品好的一个战例。他说过有一次意拳内部举行“南北大会战”。南方以尤彭熙为首,韩樵、韩星垣兄弟虽人在北京居住,但是来自上海故算南方队员。北方以姚宗勋为首,李永宗等人参加。此事是由北京“四存学会体育班”组织,韩樵先生主持,裘先生随王老观阵、裁判,地点在北京金鱼胡同一号那中堂旧府邸。首战是尤姚之战,也是关键之一战。尤彭熙精通六合、无极拳之精华,后习意拳于王老得其心法,且以擅“空劲”,能不触身体而摔人控制人。但尤年长于姚约十岁,姚有尊老敬长之情。二人交手时,尤发“空劲”失灵,继而搭手进攻,姚随其周旋,使其失重,但末发力而成平局。王芗斋先生宣布尤胜。裘大喊判不公,进行大厅时将摆好的宴席推翻,忿忿离去,众人议论纷纷不欢而散。
事后才知是张壁要让南北名手在比赛后,全体参加“青帮”。
裘先生知道内情,故意大胆搅乱会场,破坏阴谋。裘先生每谈到此事,就说:“我救王先生一命…….”脸上有得意之色。笔者当时不在北京,故无话可说,唯有听之而已。
关于裘先生日常生活亦有趣事。晨起先打扫全胡同的卫生,自购竹扫帚一把,多年如一日,他说这是锻炼,打劲儿。文革风暴中,他说:“有我的份儿,这是自我改造。”于是,扫之如常。裘老还干了二十年义务“联防”工作,不受报酬。他有时说:“文革中天津市资本家不抄家的仅我一人。”可见他人缘好,急公好义,并能以苦为乐,这是他长寿的主要原因。
他的螺旋拳实战性极强。他实战时用的招法也很有趣。有一次亲戚家死人,有人闹丧打架,他劝架,一壮汉伸手打他,他说:“我用了一个舞蹈快三步,一接他手,轻身别步,把他从屋里扔出门外,躺在地下,结束了闹丧武斗。”我听后求教,他带我作了几次,倒也合理可用。
裘先生平生轶闻很多,以上所述,挂一漏万难以尽意。

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *