A la mémoire de Qiu Zhihe

Ao Shipeng, Qiu Zhihe

Ao Shipeng, Qiu Zhihe

Ao Shipeng 敖石鹏, « Yi Qiu Zhihe » 忆裘稚和 (Souvenirs de Qiu Zhihe). Dans Cangzhou wushu bianzhi weiyuanhui (ed.), vol. 8 « chuanren shilüe », Cangzhou wulin zhi 沧州武林志 (Les annales du cercle des arts martiaux de Cangzhou). Shijiazhuang : Hebei renmin, 1991.

 

Cite this article as: "A la mémoire de Qiu Zhihe," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/98.

 

Dans les années 60, peu avant la Révolution Culturelle, par un heureux concours de circonstances j’ai fait la connaissance de Maître Qiu Zhihe. Il souhaitait étudier les huit techniques fondamentales de la lance, bamuqian[i], que j’avais justement pratiqué durant mon enfance. Nous avons été mis en relation grâce à un ami, et notre rencontre a eu lieu à l’approche du soir, devant l’entrée du stade de sport au jardin du Peuple dans le district de Heping. L’ami en question qui avait organisé notre rencontre n’est pas venu et nous avons fait nous-même nos présentations. Ce qui était drôle, c’est que je tenais dans ma main une canne, lui une perche de bambou et, par conséquent, nous n’avons pas eu besoin de dire un mot ; au premier regard, chacun savait qui était qui. Je lui ai raconté que, lorsque j’avais un peu plus de dix ans, j’ai appris la technique de la grande lance bamuqiang du maître prédécesseur Liu Dekuan auprès d’un certain Maître Jin Zhongnian. Cependant, cela faisait de nombreuses années que je ne m’étais plus exercé et j’en avais oublié une bonne partie. Nous avons alors pratiqué en binôme l’enchaînement  de « piquer », zha, et les techniques basiques d’appuyer en demi-cercle vers l’intérieur, na, et de dévier en demi-cercle vers l’extérieur, lan. Ensuite, il m’a montré le changement de paume simple du Bagua[ii] ; sa robe légère traditionnelle s’élevait en flottant dans le vent au gré de sa gestuelle puis, lorsqu’il avait fini ses mouvements, le vêtement retombait en retrouvant sa forme originelle, sans un pli. C’était magnifique. À ma grande surprise, je ressentais la saveur du Yiquan dans ses mouvements de boxe ; sans cacher ma joie je lui ai demandé franchement : Lire la suite