Bouddhisme et Xingyiquan : des formules de boxe inspirées du Chan

达摩像

 

Cite this article as: "Bouddhisme et Xingyiquan : des formules de boxe inspirées du Chan," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 22/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/146.

 

Une des hypothèses sur l’origine du Xingyiquan est celle d’attribuer la création de cet art au moine bouddhiste — dont l’existence reste cependant à confirmer[1] —, originaire du sud de l’Inde, nommé Bodhidharma en sanskrit, et Damo 达摩 en chinois. La forme la plus primitive du Xingyiquan serait ainsi, d’après cette version, née pendant la dynastie des Wei du Nord 北魏 (386-534), époque à laquelle Bodhidharma se rendit en Chine dans le but de répandre la pensée bouddhiste. En considérant le fait qu’il s’agissait d’une spiritualité de culture étrangère pour la Chine, l’école qu’aurait créé Bodhidharma, le Chan 禅[2], s’implanta de manière remarquable et inédite dans ce pays ; le bouddhisme intervient en apportant, entre autres, le concept de karma, à une époque durant laquelle le peuple chinois se retrouve dans une confusion spirituelle que la pensée confucéenne ne pouvait alors pallier[3].

Lire la suite