象形取意 : « Saisir l’esprit des formes et des apparences »

 

Wang Xiangzhai (1886-1963)

Wang Xiangzhai (1886-1963)

Cite this article as: "象形取意 : « Saisir l’esprit des formes et des apparences »," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 26/01/2016, http://wulin.hypotheses.org/187.

Le présent billet consiste à livrer un développement concernant ce sur quoi la pratique du Xingyiquan — à travers également des exemples issus de sa branche évolutive le Yiquan (Dachengquan) — est essentiellement basée pour parvenir au but recherché, qui est l’harmonisation entre la forme et l’intention, xing yu yi he 形与意合. Force est de constater qu’une propriété, qui se manifeste en raffinant cette coordination corps/esprit, apparaît de manière récurrente dans les textes : il s’agit de la sensibilité, mingan 敏感. Outre le développement des capacités physiques, tineng 体能, la pratique du Xingyiquan semble, en vue de développer cette sensibilité, insister de façon tout à fait singulière sur la faculté à galvaniser les émotions — de passer d’un état émotionnel normal, zhengchang 正常, à celui d’emportement violent, nuqi 怒气, jusqu’à retrouver, en ne cessant d’affiner le ressentit et l’appréhension des situations présentant quelques dangers, ce que notre animalité contient de plus redoutable : l’imposance, wei 威 et la férocité, meng[1]. Ce retour à une nature instinctive de l’être humain s’effectue, dans un premier temps, à travers des exercices qui portent sur un travail considérable d’intériorisation. Celui-ci, en vue de produire une disponibilité d’esprit totale, devrait alors permettre d’exprimer la réactivité et la spontanéité indispensable pour répondre au caractère imprévisible d’une situation de combat. Lire la suite