En souvenir de Zhao Daoxin

zhaodaoxin

Yu Guoquan 于国权

Évocations d’un enseignement sincère que je reçus pendant plus de dix ans

J’ai commencé l’étude du Xingyiquan en 1964 sous la direction de Maître Liu Xuerui. Dans le même temps, j’ai pu faire la connaissance de son disciple, Maître Chen Shifen, auprès duquel j’ai reçu ma véritable initiation. En 1966, alors que je pratiquais le tuishou avec Maître Chen au stade de sport du jardin du Peuple à Tianjin, j’ai fait la connaissance de Maître Ao Shipeng (aussi connu sous le nom d’Ao Shuopeng)[1], disciple de Maître Wang Xiangzhai[2], le fondateur du Yiquan. Maître Ao avait une profonde connaissance du Yiquan, et mettait particulièrement l’accent sur la mise en pratique de celui-ci. De plus, durant les leçons qu’il dispensait, il avait cette faculté de pouvoir, de manière claire et pertinente, exprimer par le langage la théorie de cette boxe et ainsi de combiner à merveille les explications théoriques avec les mises en application des principes. Lire la suite

A mon vénérable maître, Zhao Daoxin

Zhao Daoxin (1907-1990)

Zhao Daoxin (1907-1990)

Ma Jinyong 马金镛, « Wo de enshi Zhao Daoxin » 我的恩师赵道新 (« A mon vénérable maître Zhao Daoxin »). Wuhun (date de parution inconnue).

 

Cite this article as: "A mon vénérable maître, Zhao Daoxin," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/77.

 

Lorsque j’avais 15 ans, alors scolarisé au premier collège du Hebei dans la ville de Tianjin (à présent le troisième collège de la ville de Tianjin), j’adorais l’éducation physique et tout particulièrement le basketball. Avec l’équipe de basket de notre école, nous nous entraînions régulièrement dans les locaux de l’immeuble de l’association de la Jeunesse Chrétienne de la rue de l’Est, lequel est aujourd’hui un foyer pour enfants. Nous partagions souvent la grande salle d’entraînement avec le fondateur de l’« Association de Recherche des Arts Martiaux de Chine »[1], le fameux maître de boxe chinoise, Zhang Zhankui [2]. Un jour, Maître Zhang m’a soudainement fait un geste de la main, puis a demandé à haute voix aux personnes autour de lui : Lire la suite