Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi

Pingyao - Shanxi (c) Vincent-Ross

Pingyao – Shanxi (c) Vincent-Ross

 

Cite this article as: "Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 21/06/2016, http://wulin.hypotheses.org/234.

 

Sources écrites & sources orales

Les compagnies d’escorte, biaoju 镖局, seraient-elles parmi les phénomènes socio-culturels qui ont, au cours du xixe siècle, participé à l’évolution technique et à la modification du processus de transmission des pratiques martiales du Shanxi, en particulier des écoles de Xinyiquan 心意拳/Xingyiquan 形意拳 ? C’est en tout cas une des hypothèses qui se dégage des différentes recherches menées sur le sujet, et qui fait l’objet d’une étude de cas approfondie dans mon travail de thèse consistant à analyser les relations qui s’établissent entre les maîtres-escortes et le monde du négoce en Chine du Nord. Il s’agit de comprendre dans quelles mesures l’apparition formelle des compagnies en relation étroite avec les Jinshang, 晋商, les marchands du Shanxi, aurait pu influencer cette boxe, jusqu’alors structurée sur un processus de transmission orale et familiale, sinon clanique, shizu 氏族.

[…] L’ethnologue s’intéresse surtout à ce qui n’est pas écrit, non pas tant parce que les peuples qu’il étudie sont incapables d’écrire, que parce que ce à quoi il s’intéresse est différent de tout ce que les hommes songent habituellement à fixer sur la pierre ou sur le papier. (Claude Lévi-Strauss, 2003 : 39)

Lire la suite

将枪法为拳法 : de l’art de la lance à celui du poing

少林枪法

 

Cite this article as: "将枪法为拳法 : de l’art de la lance à celui du poing," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 06/12/2015, http://wulin.hypotheses.org/160.

 

Tandis que la date exacte à laquelle sont apparues les premières formes d’arts martiaux en Chine nous est encore inconnue, nous savons, cependant, qu’à partir de la période des Printemps et Automnes, Chunqiu  春秋 (771 – 481 av J.-C.) et des Royaumes combattants, Zhanguo 战国 (476-221 av. J.-C.), des systèmes de lutte, comme par exemple le Jiaodixi 角抵戏 (le jeu de casque à cornes) ou le Shoubo 手搏 (combattre avec les mains), existaient déjà[1]. D’après l’historien Sima Qian 司马迁 (145-86 av. J.-C.), l’art du combat à l’épée, jian 剑, se transmettait, notamment, dès la première partie de la dynastie des Zhou de l’Est, Dong Zhou 东周 (771-256 av. J.-C.)[2]. Mais ce n’est véritablement qu’à partir du xviie siècle après J.-C. que les pratiques martiales, jusqu’alors principalement détenues par les armées des différentes dynasties, se détachèrent du corps militaire et entamèrent un développement sans précédent au sein même de la population chinoise. En effet, la transition de pouvoir entre la dynastie Ming et la dynastie Qing profita à l’éclosion d’une multitude de styles d’arts martiaux, la province du Henan est, à partir de cette époque, reconnue pour être le berceau de la culture martiale chinoise. Ces écoles furent, pour la plupart, l’instrument de mouvements sectaires nés dans un contexte de rébellion ; l’intime relation entre les arts martiaux et les sectes du Nord de la Chine sous les Ming est effectivement attestée par les documents historiques officiels[3]. Le contexte politique et social de la dynastie Ming fut également un facteur intrinsèque dans l’apparition et l’évolution du Xinyiquan d’après la version ainsi attribuée à Ji Jike 姬际可 (1602-1683) ; la naissance d’une boxe à cette période de l’histoire ne fut indéniablement pas sans lien avec la volonté du peuple à constituer une résistance — basées sur une légitimité nationaliste — face à l’invasion mandchoue que connut alors le pays. Lire la suite