Une « sanglante dissection » des arts martiaux chinois

Zhao Daoxin

Zhao Daoxin (à droite)

L’un des plus éminents disciples de Zhang Zhankui (1865-1938), Zhao Daoxin (1907-1990), a répondu vers la fin des années 80 à un entretien de quatre jours sous l’initiative de Huang Jitao. Celui-ci qualifia ce dialogue, paru dans le magazine « Wu Hun », de « sanglante dissection » des arts martiaux chinois. Le titre original « Dialogue sur les deux grands systèmes des arts martiaux » fait, en effet, référence à l’ouvrage de Galilée « Dialogue sur les deux grands systèmes du monde », lequel eut à son époque, comme cet entretien, d’importantes répercussions…

Cite this article as: "Une « sanglante dissection » des arts martiaux chinois," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/106.

Premier jour

Huang : Actuellement, il émane de la société certains bruits qui ne sont pas sans irriter vivement les oreilles des pratiquants d’arts martiaux. Par exemple : Li Lianjie, soit Jet Li, est-il, oui ou non, un « instrument de formalisme esthétique » ? Huo Yuanjia, à son époque, possédait-il véritablement les capacités de vaincre un champion actuel de boxe anglaise ou d’un autre sport de combat ? Et d’autres questions de ce genre… Quelle est votre opinion là-dessus ?

Zhao : Cela fait bien longtemps que je n’ai plus la vigueur ni l’intérêt d’aller juger des capacités combatives de qui que ce soit. En réalité, depuis près d’un siècle déjà, dans tout ce grand milieu de la boxe chinoise, il n’a jamais été possible de mettre en place un système d’évaluation et de comparaison équitable et rationnel des capacités combatives. La propagande s’est d’ores et déjà chargée de remplacer les duels. Cependant, le fait est que Monsieur Li Lianjie est une célébrité modèle issue de l’institution des arts martiaux, et que Monsieur Huo Yuanjia est devenu le symbole des maîtres de boxe issu de la population ; les commentaires sur ces deux personnes peuvent ainsi s’étendre aux doutes que nous avons quant aux écoles d’arts martiaux de notre société actuelle, ainsi que sur le caractère combatif que renferment les arts martiaux traditionnels. Autrement dit, les soupçons que nous avons quant à la valeur, dans nos sociétés modernes, des styles de gongfu encore existants aujourd’hui. Tout ça parce que, dans le milieu des arts martiaux chinois, nos « guerriers », sans qu’ils ne puissent avoir le choix, ont été depuis longtemps habitués à entendre un seul et même son de cloche. Par conséquent, dès que s’élève une opinion dissidente, celle-ci vient « choquer les oreilles » de ceux qui sont accoutumés à entendre la norme, lesquels vont sans réflexion aucune s’opposer et réprimer ces points de vue. Lire la suite

En souvenir de Zhao Daoxin

zhaodaoxin

Yu Guoquan 于国权

Évocations d’un enseignement sincère que je reçus pendant plus de dix ans

J’ai commencé l’étude du Xingyiquan en 1964 sous la direction de Maître Liu Xuerui. Dans le même temps, j’ai pu faire la connaissance de son disciple, Maître Chen Shifen, auprès duquel j’ai reçu ma véritable initiation. En 1966, alors que je pratiquais le tuishou avec Maître Chen au stade de sport du jardin du Peuple à Tianjin, j’ai fait la connaissance de Maître Ao Shipeng (aussi connu sous le nom d’Ao Shuopeng)[1], disciple de Maître Wang Xiangzhai[2], le fondateur du Yiquan. Maître Ao avait une profonde connaissance du Yiquan, et mettait particulièrement l’accent sur la mise en pratique de celui-ci. De plus, durant les leçons qu’il dispensait, il avait cette faculté de pouvoir, de manière claire et pertinente, exprimer par le langage la théorie de cette boxe et ainsi de combiner à merveille les explications théoriques avec les mises en application des principes. Lire la suite

A mon vénérable maître, Zhao Daoxin

Zhao Daoxin (1907-1990)

Zhao Daoxin (1907-1990)

Ma Jinyong 马金镛, « Wo de enshi Zhao Daoxin » 我的恩师赵道新 (« A mon vénérable maître Zhao Daoxin »). Wuhun (date de parution inconnue).

 

Cite this article as: "A mon vénérable maître, Zhao Daoxin," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 08/11/2015, http://wulin.hypotheses.org/77.

 

Lorsque j’avais 15 ans, alors scolarisé au premier collège du Hebei dans la ville de Tianjin (à présent le troisième collège de la ville de Tianjin), j’adorais l’éducation physique et tout particulièrement le basketball. Avec l’équipe de basket de notre école, nous nous entraînions régulièrement dans les locaux de l’immeuble de l’association de la Jeunesse Chrétienne de la rue de l’Est, lequel est aujourd’hui un foyer pour enfants. Nous partagions souvent la grande salle d’entraînement avec le fondateur de l’« Association de Recherche des Arts Martiaux de Chine »[1], le fameux maître de boxe chinoise, Zhang Zhankui [2]. Un jour, Maître Zhang m’a soudainement fait un geste de la main, puis a demandé à haute voix aux personnes autour de lui : Lire la suite