Pour une diachronie des pratiques martiales : le cas du savoir-faire des escorteurs de marchands

Source : Huabei di yi biaoju 华北第一镖局.
Musée des compagnies d’escorte. Pingyao, province du Shanxi, Chine.

L’histoire n’existe que par rapport aux questions que nous lui posons. […] Tout historien est implicitement un philosophe, puisqu’il décide de ce qu’il retiendra comme anthropologiquement intéressant. (Veyne, 1976 : 9).

Ce billet vient partager un article que j’ai récemment écrit pour le bulletin d’analyse L’Asie en 1000 mots, lequel regroupe les recherches effectuées par les membres et les collaborateurs du Centre d’Études sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est (CÉTASE, Université de Montréal) : « Le métier d’escorteur au XIXe siècle en Chine du Nord : de la protection des caravanes des marchands du Shanxi aux convois des premières banques ».

Je profite aussi de cette occasion pour partager une réflexion qui, à mi-parcours de mon travail de recherche, me fait me questionner quant à la « bonne » pratique de la transdisciplinarité, nécessaire à la compréhension de certains phénomènes, et notamment de pratiques et de leur évolution à travers le temps. En effet,  le phénomène des compagnies d’escorte, qui est au cœur de mon étude, embrasse à la fois le temps passé et présent : si le métier formel d’escorteur, en plein essor au cours de la deuxième moitié de la période dynastique mandchoue (Qing 清, 1644-1911), a progressivement disparu au début du XXe siècle, la transmission du savoir-faire martial des escorteurs existe toujours, ou tout du moins est revendiquée comme telle, au moment où j’écris ces lignes.

De ce fait, il apparaît  que la combinaison, d’une part, de la méthode ethnographique et, d’autre part, de la compréhension des phénomènes sociaux sur le temps long, cher à Fernand Braudel, confère ainsi à cette étude une profondeur historique et sociale qui doit contribuer à éclairer d’un jour nouveau les pratiques non écrites — celles qui, parce que confidentielles ou ne retenant pas suffisamment l’attention des lettrés fonctionnaires, sont alors rejetés dans le registre inconsistant du « folklore » (Laplantine : 1995, p.61).

Associée aux données documentaires existantes, l’enquête ethnographique (sur la méthode de l’observation participante et de l’entretien long et non-directif) que j’ai dernièrement menée dans la province du Shanxi auprès des descendants des escorteurs, par liens de parenté mais aussi par liens de transmission intra-lignagère, m’a notamment permis d’inscrire la pratique martiale de ce groupe dans son environnement social mais aussi culturel ; les sources écrites, les témoignages oraux ou la littérature orale transcrite constituent alors autant d’éléments d’importance égale nécessaires pour faire émerger la signifiance des phénomènes étudiés.

Enfin, si la question posée dans ce travail de recherche devait tenir en une seule phrase, ce serait celle-ci : dans quelles mesures la transmission du savoir-faire des escorteurs, depuis la création des compagnies d’escorte jusqu’aux écoles d’arts martiaux contemporaines, s’inscrit-elle dans une continuité diachronique ?

Pour tenter d’y répondre, on ne saurait faire l’économie d’interroger la nature des interactions sociales marchands/escorteurs/brigands, renvoyant par conséquent à analyser plus particulièrement la dimension formelle du métier d’escorteur, en ce qu’elle implique une volonté de rationaliser un savoir ou un savoir-faire en vue de systématiser sa transmission (de Grave, 2012). L’article que je partage ici propose ainsi d’amorcer la réflexion, et ce en exposant de manière accessible l’état de ma recherche en cours.

Bibliographie : 

de Grave, Jean-Marc, 2012. Dimension formelles et non formelle de l’éducation en Asie Orientale. Socialisation et rapport au contenu d’apprentissage. Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 31.

Laplantine, François, 1995. L’anthropologie. Paris : Payot & Rivages, 258.

Veyne, Paul, 1976. L’Inventaire des différences. Paris : Le seuil, 64.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *