Revive China Society Through Martial Arts Culture


Cheng Haiting 程海亭 (1872-1925), Han Muxia 韩慕侠 (1877-1947), Zhou Xiang 周祥 (1861- ?), Li Ziyang 李子扬 (s.d.), Li Xingjia 李星价 (1877-1945)
Cite this article as: "Revive China Society Through Martial Arts Culture," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 12/11/2018, https://wulin.hypotheses.org/338.

Les relations entre l’élite nationaliste et le cercle des artistes martiaux au cours de la période républicaine en Chine (1912-1949) sera l’objet de ma prochaine communication. Elle se déroulera dans le cadre de la 5ème conférence annuelle des Martial Arts Studies qui se tiendra les 23 et 24 mai 2019 à la Chapman University à Orange en Californie. Intitulée « Martial Arts, Culture and Politics », la conférence est organisée par Paul Bowman (Cardiff University) et Andrea Molle (Chapman University). En compagnie des intervenants et des intervenantes de la rencontre — dont Peter Lorge (Vanderbilt University) et Benjamin Judkins (Cornell University), bien connus dans la recherche académique sur les pratiques martiales —, nous interrogerons donc les relations entre les arts martiaux et la politique, les industries culturelles et le patrimoine culturel dans leur dimension historique et contemporaine.

Lire la suite

Le milieu des arts martiaux des années 1930 en Chine du Nord

 

 

Li Zhongxuan 李仲轩 (1915-2004)

Cite this article as: "Le milieu des arts martiaux des années 1930 en Chine du Nord," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 20/01/2018, https://wulin.hypotheses.org/271.

Peu nombreux sont les maîtres encore vivants capables de témoigner sur les pratiques et la transmission des traditions martiales en Chine continentale avant 1949. Les héritiers de ces traditions et contemporains de cette époque voyaient en la récupération politique des arts martiaux, mais aussi en la privation de la liberté de les transmettre, une désuétude de la culture martiale. L’art martial n’était désormais plus « au service du peuple », contrairement à ce que voulaient les Nationalistes, et nul besoin d’attendre la grande purge de 1966 pour voir ainsi apparaître ce que ces héritiers nommaient les « méthodes anesthésiantes » dépourvues de « martialité », donnant ainsi naissance à des cerveaux lents qui planent encore de nos jours.

Ceux qui ont connu « la belle époque » sont toujours nostalgiques, et rarement optimistes quant à l’avenir de leur patrimoine culturel. En somme, c’était mieux avant. Oui, peut-être, nous ne le saurons jamais, et finalement cela n’a pas d’importance si tant est que l’on considère la valeur d’une connaissance transmise en ce qu’elle a d’applicable ici et maintenant. Lire la suite