De la Chine à la Sibérie: les pratiques caravanières sur la “route du thé du Nord”

Photographies exposées au musée de Shahukou 杀虎口 (frontière Shanxi-Mongolie intérieure). Crédit L. Chircop-Reyes, 2017.

Il y a une idée bien tenace dans l’histoire des compagnies d’escorte : les escorteurs caravaniers, dépositaires de savoirs martiaux lignagers, mettaient en œuvre leurs techniques de combat avec et sans armes pour protéger les marchands des attaques de brigands. Il semblerait que la réalité, du moins celle que nous pouvons reconstituer, devait être socialement plus complexe que cela.

Et si la technique martiale n’avait finalement jamais, ou qu’en de rares occasions, eu ce rôle défensif ? Que son efficience martiale était davantage symbolique, représentative et fédératrice des groupes d’escorte réunis au travers de codes déontologiques communs à la profession ? Continuer la lecture

Marchands, brigands et artistes martiaux : pour une ethnohistoire des maîtres-escortes

Compagnie d’escorte Huiyou 会友, en activité à partir du règne de Qianlong 乾隆 (1735-1796) jusqu’en 1921 à Beijing

La revue Ming Qing Studies[1], dédiée aux études chinoises, consacre dans son numéro 2018 fraîchement paru le mois dernier une trentaine de pages à mon article intitulé « Merchants, Brigands and Escorts: an Anthropological Approach to the Biaoju 鏢局 Phenomenon in Northern China »[2]

Couverture de la revue Ming Qing Studies

Cette publication est l’occasion de revenir en cette fin d’année 2018 sur l’avancée de mes recherches de thèse. Il faut reconnaître que les historiens peinent à reconstituer l’histoire des « compagnies d’escorte », leur composition, ainsi que l’organisation sociale des groupes d’artistes martiaux à l’origine de ce phénomène. Leur histoire formelle n’est pas, à proprement dit, écrite. Car à propos de ces compagnies d’escorte, l’historien est forcé de se confronter au silence des sources. Le secret fait partie de la pratique d’escorte ; une confidentialité relative au processus initiatique — transmission Continuer la lecture

Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi

Pingyao - Shanxi (c) Vincent-Ross

Pingyao – Shanxi (c) Vincent-Ross

 

Cite this article as: "Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 21/06/2016, https://wulin.hypotheses.org/234.

 

Sources écrites & sources orales

Les compagnies d’escorte, biaoju 镖局, seraient-elles parmi les phénomènes socio-culturels qui ont, au cours du xixe siècle, participé à l’évolution technique et à la modification du processus de transmission des pratiques martiales du Shanxi, en particulier des écoles de Xinyiquan 心意拳/Xingyiquan 形意拳 ? C’est en tout cas une des hypothèses qui se dégage des différentes recherches menées sur le sujet, et qui fait l’objet d’une étude de cas approfondie dans mon travail de thèse consistant à analyser les relations qui s’établissent entre les maîtres-escortes et le monde du négoce en Chine du Nord. Il s’agit de comprendre dans quelles mesures l’apparition formelle des compagnies en relation étroite avec les Jinshang, 晋商, les marchands du Shanxi, aurait pu influencer cette boxe, jusqu’alors structurée sur un processus de transmission orale et familiale, sinon clanique, shizu 氏族.

[…] L’ethnologue s’intéresse surtout à ce qui n’est pas écrit, non pas tant parce que les peuples qu’il étudie sont incapables d’écrire, que parce que ce à quoi il s’intéresse est différent de tout ce que les hommes songent habituellement à fixer sur la pierre ou sur le papier. (Claude Lévi-Strauss, 2003 : 39)

Continuer la lecture