Transport de fonds, banques, crédits, mandats : un capitalisme marchand sous les Qing (1644-1911)

Photographie exposée dans le musée de Lei Lütai 雷履泰 (1770-1849), Pingyao, Shanxi (L. Chircop-Reyes, 2017)

L’argent, les marchands du Shanxi devaient trouver cela tael-ment bien que de commerçantes en financières leurs activités ont évolué.

Plus sérieusement, je n’oserais pas employer ici le terme capitalisme au risque de commettre en histoire « le pire des péchés, celui d’anachronisme », si l’historien de la longue durée, Fernand Braudel, n’avait pas soutenu que certains processus se mettant en place bien avant la Révolution industrielle réclament une autre appellation que celle d’économie de marché ; capitalisme, c’est alors le mot « qui vient spontanément à l’esprit » disait-il, malgré qu’il soit si « chargé des sens que lui donne la vie d’aujourd’hui »[1].

C’est aussi l’occasion de relire les travaux du sinologue Jacques Gernet (1921-2018), qui nous a quittés le 03 mars dernier. La description qu’il donnait des puissants négociants chinois n’est pas sans rappeler cette idée de superstructure où les profits Lire la suite

Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi

Pingyao - Shanxi (c) Vincent-Ross

Pingyao – Shanxi (c) Vincent-Ross

 

Cite this article as: "Maîtres de boxe et négociants du XIXe siècle en Chine du Nord : les compagnies d’escorte au service des marchands du Shanxi," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 21/06/2016, https://wulin.hypotheses.org/234.

 

Sources écrites & sources orales

Les compagnies d’escorte, biaoju 镖局, seraient-elles parmi les phénomènes socio-culturels qui ont, au cours du xixe siècle, participé à l’évolution technique et à la modification du processus de transmission des pratiques martiales du Shanxi, en particulier des écoles de Xinyiquan 心意拳/Xingyiquan 形意拳 ? C’est en tout cas une des hypothèses qui se dégage des différentes recherches menées sur le sujet, et qui fait l’objet d’une étude de cas approfondie dans mon travail de thèse consistant à analyser les relations qui s’établissent entre les maîtres-escortes et le monde du négoce en Chine du Nord. Il s’agit de comprendre dans quelles mesures l’apparition formelle des compagnies en relation étroite avec les Jinshang, 晋商, les marchands du Shanxi, aurait pu influencer cette boxe, jusqu’alors structurée sur un processus de transmission orale et familiale, sinon clanique, shizu 氏族.

[…] L’ethnologue s’intéresse surtout à ce qui n’est pas écrit, non pas tant parce que les peuples qu’il étudie sont incapables d’écrire, que parce que ce à quoi il s’intéresse est différent de tout ce que les hommes songent habituellement à fixer sur la pierre ou sur le papier. (Claude Lévi-Strauss, 2003 : 39)

Lire la suite