Le milieu des arts martiaux des années 1930 en Chine du Nord

 

 

Li Zhongxuan 李仲轩 (1915-2004)

Cite this article as: "Le milieu des arts martiaux des années 1930 en Chine du Nord," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 20/01/2018, https://wulin.hypotheses.org/271.

Peu nombreux sont les maîtres encore vivants capables de témoigner sur les pratiques et la transmission des traditions martiales en Chine continentale avant 1949. Les héritiers de ces traditions et contemporains de cette époque voyaient en la récupération politique des arts martiaux, mais aussi en la privation de la liberté de les transmettre, une désuétude de la culture martiale. L’art martial n’était désormais plus « au service du peuple », contrairement à ce que voulaient les Nationalistes, et nul besoin d’attendre la grande purge de 1966 pour voir ainsi apparaître ce que ces héritiers nommaient les « méthodes anesthésiantes » dépourvues de « martialité », donnant ainsi naissance à des cerveaux lents qui planent encore de nos jours.

Ceux qui ont connu « la belle époque » sont toujours nostalgiques, et rarement optimistes quant à l’avenir de leur patrimoine culturel. En somme, c’était mieux avant. Oui, peut-être, nous ne le saurons jamais, et finalement cela n’a pas d’importance si tant est que l’on considère la valeur d’une connaissance transmise en ce qu’elle a d’applicable ici et maintenant.

Ces témoignages ne sauraient être qu’une curiosité intellectuelle pour l’anthropologue ou l’historien soucieux de comprendre pourquoi et comment un art martial d’hier se transmet toujours aujourd’hui. L’ouvrage Shiqu de wulin 逝去的武林 (le « cercle des artistes martiaux disparus » ou, plus court, les « maîtres disparus »), est à ce jour, et à mon sens, l’ouvrage le plus complet concernant ce qui faisait la spécificité du Xingyiquan de la lignée de Li Cunyi 李存义 (1847-1921). Le récit est certes romancé et frôle parfois l’invraisemblable, voire le rocambolesque, pour un esprit un tant soit peu rationnel, pratiquant ou non. Toutefois, le narrateur nous entraîne dans des anecdotes d’une grande richesse socio-culturelle qui décrivent avec beaucoup de sensibilité la manière dont les adeptes de cette pratique vivaient leur art, le pratiquaient et le transmettaient. Chaque chapitre concerne un aspect de cet art martial (techniques, principes) illustré par un ou des événements mettant en scène les maîtres de cette époque.

Je n’ai, pour l’instant, traduit que le premier chapitre, qui est l’autobiographie de son auteur, Li Zhongxuan 李仲选 (1915-2004), disciple de Tang Weilu 唐维禄 (1868-1944), de Shang Yunxiang 尚云祥 (1864-1937) et de Xue Dian 薛颠 (1887-1953), et que la récente parution du dernier numéro de la revue Impressions d’Extrême-Orient vous offre de découvrir ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.