Transport de fonds, banques, crédits, mandats : un capitalisme marchand sous les Qing (1644-1911)

Photographie exposée dans le musée de Lei Lütai 雷履泰 (1770-1849), Pingyao, Shanxi (L. Chircop-Reyes, 2017)

L’argent, les marchands du Shanxi devaient trouver cela tael-ment bien que de commerçantes en financières leurs activités ont évolué.

Plus sérieusement, je n’oserais pas employer ici le terme capitalisme au risque de commettre en histoire « le pire des péchés, celui d’anachronisme », si l’historien de la longue durée, Fernand Braudel, n’avait pas soutenu que certains processus se mettant en place bien avant la Révolution industrielle réclament une autre appellation que celle d’économie de marché ; capitalisme, c’est alors le mot « qui vient spontanément à l’esprit » disait-il, malgré qu’il soit si « chargé des sens que lui donne la vie d’aujourd’hui »[1].

C’est aussi l’occasion de relire les travaux du sinologue Jacques Gernet (1921-2018), qui nous a quittés le 03 mars dernier. La description qu’il donnait des puissants négociants chinois n’est pas sans rappeler cette idée de superstructure où les profits sont réalisés à travers la pratique d’échanges commerciaux inégaux, puisque reposant sur le monopole et le privilège témoignant de la « supériorité sociale, politique et culturelle des capitalistes sur les autres groupes de la société »[2] : « Le plus remarquable dans l’essor économique de la Chine au xviiie siècle est l’ampleur des courants commerciaux et l’étendue des régions contrôlées par certaines corporations de marchands […] Ces riches marchands qui ont formé parfois de célèbres « dynasties » ont joué un rôle politique du fait même de l’importance de leur fortune et de leur influence sur le plan local. »[3]

Comme quoi, les écoles de pensée et les disciplines ont tout intérêt à dialoguer : nourrie par le structuralisme, cher à Claude Lévi-Strauss, la longue durée est une approche des faits historiques rejoignant ainsi l’idée selon laquelle les activités humaines ne sont intelligibles qu’à travers les interactions qui les façonnent sur le temps long. Un cadre conceptuel proche de celui de la microhistoire qui me semble s’appliquer très bien au domaine sinologique, en particulier lorsqu’il s’agit de mieux comprendre les phénomènes socio-culturels « mineurs », ceux qui ont fait la « petite histoire » de la Chine.

En effet, si brève peut avoir été l’histoire de certains hommes, celle-ci ne saurait être isolée de phénomènes structurés par des interactions sociales qui s’inscrivent toutefois dans cette longue durée, d’après laquelle « […] il n’y a jamais entre passé, même passé lointain, et temps présent de rupture totale, de discontinuité absolue ou, si l’on préfère, de non-contamination. Les expériences du passé ne cessent de se prolonger dans la vie présente […] ».[4]

C’est donc dans cette approche que je propose d’interroger, un peu en marge de mes recherches initiales, dans quelles mesures les négociants de Chine du Nord peuvent être considérés, soit initiateurs, soit tout du moins continuateurs, d’un capitalisme marchand en Chine impériale tardive.

Le colloque international sur La montée de l’Asie en histoire et perspective globales, organisé notamment par le CHAC et le GRIC, m’offre un espace d’intervention le 15 mars prochain, où il sera question de discuter le cas des piaohao 票号, les « banques » des marchands du Shanxi.

Et le rapport avec le milieu de l’art martial est d’ailleurs loin d’être incongru : comme tout champ d’action capitaliste, celui des marchands du Shanxi est porté par la mise en circulation des biens et, vous l’avez deviné, le transport des taels était sous la responsabilité des compagnies d’escorte. Ce travail de recherche permettra donc, en tout cas je l’espère, d’interroger également jusqu’à quel degré les maîtres de l’art martial ont pu contribuer aux activités marchandes de la fin des Qing.

[1] Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, 2008, pp. 50-21.

[2] Mager Wolfgang, « La conception du capitalisme chez Braudel et Sombart. Convergences et divergences », Les Cahier du Centre de Recherches Historiques, 1988.

[3] Jacques Gernet, Le monde chinois, vol. 2, 2006, p. 242.

[4] F. Braudel, op. cit., p. 50.


Une réflexion au sujet de « Transport de fonds, banques, crédits, mandats : un capitalisme marchand sous les Qing (1644-1911) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *