L’Alliance des “guerriers de Chine” à Tianjin : nationalisme et art martial


Cheng Haiting 程海亭 (1872-1925), Han Muxia 韩慕侠 (1877-1947), Zhou Xiang 周祥 (1861- ?), Li Ziyang 李子扬 (s.d.), Li Xingjia 李星价 (1877-1945)
Cite this article as: "L’Alliance des “guerriers de Chine” à Tianjin : nationalisme et art martial," par Laurent Chircop-Reyes,in Les chroniques du wulin, 12/11/2018, https://wulin.hypotheses.org/338.

Les relations entre l’élite nationaliste et le cercle des artistes martiaux au cours de la période républicaine en Chine (1912-1949) sera l’objet de ma prochaine communication. Elle se déroulera dans le cadre de la 5ème conférence annuelle des Martial Arts Studies qui se tiendra les 23 et 24 mai 2019 à la Chapman University à Orange en Californie. Intitulée « Martial Arts, Culture and Politics », la conférence est organisée par Paul Bowman (Cardiff University) et Andrea Molle (Chapman University). En compagnie des intervenants et des intervenantes de la rencontre — dont Peter Lorge (Vanderbilt University) et Benjamin Judkins (Cornell University), bien connus dans la recherche académique sur les pratiques martiales —, nous interrogerons donc les relations entre les arts martiaux et la politique, les industries culturelles et le patrimoine culturel dans leur dimension historique et contemporaine.

Je ne saurais mieux introduire le résumé du contenu de mon intervention autrement que par la formule shangwu jingshen 尚武精神, que nous pourrions traduire par « vénérer l’esprit martial ». C’était effectivement un des slogans de propagande du Guomindang, le parti nationaliste chinois créé en 1912 sous l’initiative de Sun Zhongshan 孙中山 (1866-1925) et de Song Jiaoren 宋教仁 (1882-1913). Le Guomindang devait succéder à la Xingzhonghui 兴中会, « Société pour la renaissance de la Chine » (1894), ainsi qu’à la Tongmenghui 同盟会, « Société de la conjuration » (1905) — lesquelles « s’apparentent beaucoup plus à des associations de conspirateurs qu’à de véritables partis politiques ». Sun et Song militaient pour un avenir politique chinois fondé sur l’idéologie de triple démisme, sanminzhuyi 三民主义, à savoir nationalisme, démocratie libérale, et justice sociale. Les partisans, par ailleurs liés aux milieux des sociétés secrètes, « croient naïvement que le salut de la Chine est entre leurs mains »[1] ; le destin en décidera autrement.

Mais ce qui m’intéresse dans cette « étrange révolution sans révolutionnaires »[2], ce sont les valeurs de l’art martial qui ont été mises en avant pour donner l’image d’une nation puissante, celle qui devait être capable de « chasser la dynastie barbare et proclamer une république »[3].

Des personnalités politiques telles que Zhang Ji 张继 (1882-1947), membre du « comité d’inspection du parti nationaliste » et Feng Guozhang 冯国璋 (1859-1919), président de la République de Chine de 1917 à 1918, soutiennent dès 1910 trois grandes figures de l’art martial contemporaines de cette époque que sont Li Cunyi 李存义 (1847-1921), Li Ruidong 李瑞东 (1851-1917) et Zhang Zhankui 张占魁 (1865-1938). Ce soutien aboutira, le 08 septembre 1912, à la fondation au parc Zhongshan de Tianjin de la Zhonghua wushihui 天津中华武士会, « l’Alliance des guerriers de Chine »[4], laquelle périclitera en 1928.

Pour l’anecdote, et non des moindres, en 1915 a été créée une branche de l’Alliance au Collège de Nankai, à Tianjin, qui comptait parmi les disciples de xingyiquan de la lignée de Li Cunyi, le futur Premier ministre de la république populaire de Chine et grand soutien de Mao Zedong 毛泽东 (1893-1976), Zhou Enlai 周恩来 (1898-1976)[5].

Ma communication, « Reviving Society Through Martial Arts. The “Tianjin Warriors Alliance of China” (1910-1928) as an Instrument for Nationalism », se propose plus largement de discuter autour de problématiques en lien avec l’instrumentalisation politique des pratiques martiales, et des conséquences de cette instrumentalisation allant de l’ambition nationaliste de la rationalisation des techniques[6] à la désuétude d’une tradition.   

Enfin, ce sera également l’occasion pour moi d’aborder une question relative à ma recherche doctorale, qui est celle d’identifier sur quelles activités sociales ont débouché les pratiques des compagnies d’escorte en Chine du Nord.


[1] Jacques Gernet, Le monde chinois, tome 3, Paris, Pocket, pp. 43-45.

[2] Alain Roux, La Chine contemporaine, 5ème édition, Paris, Armand Colin, 2010, p. 36.

[3] Alain Roux, La Chine contemporaine, op. cit., pp. 32-33.

[4] Li Ruilin 李瑞林, Xingyiquan xia. Tianjin “ Zhonghua wushihui ” danchen yibai zhounian jinianban 形意拳侠 — 天津“中华武士会” 诞辰一百周年纪念版 [« Les grandes personnalités du xingyiquan — édition de l’anniversaire commémoratif des cent ans de l’Alliance des guerriers de Chine à Tianjin »], Hong Kong, Zhongguo guoji wenhua, 2010, pp. 1-5.

[5] Ibidem.

[6] Sur la rationalisation voir notamment Benoît Gaudin, « Les maîtres de capoeira et le marché de l’enseignement », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 179, no. 4, 2009, pp. 52-61 ; et aussi du même auteur « La codification des pratiques martiales. Une approche socio-historique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 179, no. 4, pp. 4-31. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.