Marchands, brigands et artistes martiaux : pour une ethnohistoire des maîtres-escortes

Compagnie d’escorte Huiyou 会友, en activité à partir du règne de Qianlong 乾隆 (1735-1796) jusqu’en 1921 à Beijing

La revue Ming Qing Studies[1], dédiée aux études chinoises, consacre dans son numéro 2018 fraîchement paru le mois dernier une trentaine de pages à mon article intitulé « Merchants, Brigands and Escorts: an Anthropological Approach to the Biaoju 鏢局 Phenomenon in Northern China »[2]

Couverture de la revue Ming Qing Studies

Cette publication est l’occasion de revenir en cette fin d’année 2018 sur l’avancée de mes recherches de thèse. Il faut reconnaître que les historiens peinent à reconstituer l’histoire des « compagnies d’escorte », leur composition, ainsi que l’organisation sociale des groupes d’artistes martiaux à l’origine de ce phénomène. Leur histoire formelle n’est pas, à proprement dit, écrite. Car à propos de ces compagnies d’escorte, l’historien est forcé de se confronter au silence des sources. Le secret fait partie de la pratique d’escorte ; une confidentialité relative au processus initiatique — transmission de savoirs dont la valeur se mesure socialement et économiquement au degré de maîtrise de ses détenteurs —, incluant également l’intérêt des marchands dans cette confidentialité, laquelle sous-entend le secret quant aux activités marchandes elles-mêmes. Ce secret est-il un enjeu de perpétuation de ces groupes par rapport à l’administration ? Le comportement de l’escorteur est effectivement confondu à celui du brigand : les quelques représentations officielles décrivent les maîtres-escortes comme des individus brutaux, irrespectueux, malhonnêtes, malveillants, voleurs, malfrats ; tels sont les qualificatifs employés par l’élite politique Qing pour désigner ces experts en arts martiaux qui prennent de haut les fonctionnaires, malmènent les aubergistes, endommagent les terres des paysans et rackettent les marchands.

La frontière est souvent poreuse entre violences privées et maintien de l’ordre, d’où les éventuelles difficultés rencontrées par l’État quant à sa prérogative d’exercer la violence légitime. Des archives rendent néanmoins compte de l’effraction à l’ordre causée par ces groupes d’escorteurs. Le secret est-il un impératif du point de vue légal ?[3]

Qu’il s’agisse des données contenues dans les quelques archives impériales à partir desquelles je me suis documenté, ou de celles héritées de la tradition orale que j’ai recueillie dans les récits ou sur le terrain, les relations d’entente entre escorteurs et brigands ne font plus aucun doute.

Mais cela ne signifie pas que les différents groupes d’escorteurs étaient (tous) des brigands, et probablement encore moins des cohortes agissant pour des idéologies politiques visant à « renverser les Qing pour rétablir les Ming », à la manière des Sociétés Secrètes du Sud de la Chine. Les enjeux économiques et commerciaux qui subordonnent les maîtres-escortes au monde du négoce rendent ces hypothèses bien trop fragiles pour pouvoir être sérieusement retenues. Les maîtres-escortes sont en général d’abord des paysans dépositaires de traditions martiales lignagères, et deviennent au contact des marchands eux-mêmes des commerciaux, des hommes d’affaires. Bien sûr, ils offrent des services de protection et de transport bâtis sur des compétences recherchées, empruntent les routes caravanières longues distances et maîtrisent les situations conflictuelles avec les brigands par la coopération, mais ils savent également négocier (autant avec les marchands qu’avec les brigands), ainsi qu’ils apprennent à investir dans les affaires commerciales. La raison d’exister des compagnies d’escorte est moins politique qu’économique, à l’inverse des activités sociales (voir notamment ici) sur lesquelles elles ont débouché au début de la période républicaine.   

Dans mon article paru dans Ming Qing Studies 2018, j’introduis d’abord de manière synthétique les facteurs faisant que le xviiie siècle est une période florissante pour les marchands du Shanxi. Ils tirent profit des mesures économiques instaurées sous les Ming et augmentent leur potentiel de négoce avec toujours plus de marchandises diverses et variées. Ils accroissent de ce fait l’achalandage, dont la portée des échanges s’étire jusqu’en Russie.

Une prospérité commerciale toute relative cependant, puisqu’elle coïncide avec la période d’augmentation des cas de pillages en Chine du Nord. Les cas d’attaques de marchands entre le xviiie et le xixe siècle abondent dans les rapports officiels des Qing. Les empereurs mandchous se succèdent et somment les gouverneurs locaux de trouver des solutions aux problèmes du brigandage.

J’y aborde donc ensuite les pratiques de pillage en Chine du Nord et leur rôle dans la formalisation du métier d’escorte. Les dernières lignes de l’article présentent dans quelles mesures la tradition martiale est à la fois un élément structurel et un capital immatériel des compagnies d’escorte.

Actuellement, mes dernières recherches au First Historical Archives of China (中国第一历史档案馆 — Beijing) ont révélé au total dix-sept documents d’archives Qing datant de 1735 à 1906, dont onze documents mentionnant l’activité d’escorte. Ces données viennent compléter mon enquête ethnographique menée entre l’hiver 2017 et le printemps 2018 dans la province du Shanxi (Taigu, Qixian, Yuci, Pingyao), auprès de cinq maîtres de xinyiquan 心意拳 (lignée Dai Longbang 戴龙(隆)邦,1713-1802) et de xingyiquan 形意拳 (lignée Che Yizhai 车毅斋, 1833-1914) descendants et représentants des lignées de maîtres-escortes concernées. Ces terrains de recherches ont été respectivement financés par la Fondation Martine Aublet, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, l’École Française d’Êxtrême-Orient (Centre EFEO Pékin) et mon laboratoire de rattachement (IrAsia) que je remercie au passage. Le premier terrain a notamment été réalisable grâce au soutien académique du département de recherches sur les marchands du Shanxi, Jinshang yanjiu suo 晋商研究所 de la Shanxi University à Taiyuan.

[1] Ming Qing Studies est une revue à comité de lecture d’études chinoises annuelle et anglophone.  Elle est consacrée à la Chine impériale tardive, mais aussi à un espace géoculturel plus large de l’Asie de l’Est de la période prémoderne et moderne. Les articles comprennent des approches disciplinaires multiples telles que la sociologie, la psychologie, l’anthropologie, l’histoire, la géographique, la linguistique, la sémiotique, les sciences politiques et la philosophie.

 

[2] Laurent Chircop-Reyes, Paolo Santangelo (éd.), « Merchants, Brigands and Escorts: an Anthropological Approach to the Biaoju 鏢局 Phenomenon in Northern China », Ming Qing Studies 2018, Rome, WriteUp Site, 2018, pp. 123-151 (304 p.).

 

[3] Je remercie ici Marie Aberdam, historienne du Cambodge, pour ses commentaires et remarques sur ma recherche qui ont inspiré ces quelques lignes d’introduction. Marie Aberdam travaille précisément sur l’histoire orale dans la transmission du secret familiale au Cambodge.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.