De la Chine à la Sibérie: les pratiques caravanières sur la “route du thé du Nord”

Photographies exposées au musée de Shahukou 杀虎口 (frontière Shanxi-Mongolie intérieure). Crédit L. Chircop-Reyes, 2017.

Il y a une idée bien tenace dans l’histoire des compagnies d’escorte : les escorteurs caravaniers, dépositaires de savoirs martiaux lignagers, mettaient en œuvre leurs techniques de combat avec et sans armes pour protéger les marchands des attaques de brigands. Il semblerait que la réalité, du moins celle que nous pouvons reconstituer, devait être socialement plus complexe que cela.

Et si la technique martiale n’avait finalement jamais, ou qu’en de rares occasions, eu ce rôle défensif ? Que son efficience martiale était davantage symbolique, représentative et fédératrice des groupes d’escorte réunis au travers de codes déontologiques communs à la profession ?

Dans les systèmes de représentations, l’outil du maître-escorte est son art martial, qu’il pratique et transmet dans son école affiliée à la compagnie. Les résultats de mes recherches tendent à reconsidérer quelque peu cet imaginaire populaire. D’abord, escorteurs ou brigands, le fusil accompagne les deux groupes depuis 1736, d’après un rapport officiel de cette période. Les documents d’archives que j’ai étudiés mentionnent tous l’usage d’armes à feu dans les activités d’escorte. Et les témoignages oraux des descendants actuels des maîtres-escortes concernés nous racontent, en substance, que les escorteurs ne pouvaient de toute manière pas rivaliser avec les brigands : ces derniers les tenaient en embuscade ; cachés au loin et souvent en hauteur, ils leur tiraient dessus, leur jetaient des pierres, ou les attaquaient de nuit dans les auberges.

Mais alors, de quelles manières les escorteurs pouvaient-ils protéger les marchands ? Il semblerait que, dans les steppes, les compétences communicationnelles devaient être plus importantes que la maîtrise des arts martiaux. Il s’agissait alors plutôt pour les escorteurs caravaniers de maîtriser une forme de « langage secret » commun avec les brigands, dépourvu de tradition écrite, issu de groupes sociaux marginaux et appelé le heihua 黑话 le « parler noir » ou le « jargon des brigands ». Ce langage se présente comme indispensable pour établir une communication, favoriser la compréhension des deux groupes, et instaurer ainsi une forme de coopération où les caravaniers “achètent”, d’une certaine manière, un “droit de passage” aux brigands.

C’est un aspect important de mes recherches, auquel je consacre une large part dans ma thèse et que j’étaye au travers de témoignages directs et indirects. Il m’a été donné l’occasion d’aborder ce sujet le 12 juin dernier lors de la Journée des Jeunes Chercheurs de l’AFEC (Association Française d’Études Chinoises), où j’ai précisément parlé de l’aspect technique et linguistique de ces pratiques d’échanges communicationnels.

Le 18 juillet prochain, à l’occasion du 11ème congrès international des chercheurs sur l’Asie (ICAS) se tenant à l’Université de Leyde (Pays-Bas), je discuterai des rapports entre brigands et escorteurs remis dans le contexte des échanges commerciaux sur la « route du thé » du Nord (aussi appelée dans le sens Europe-Asie la « Route de Sibérie »), empruntée par les caravanes depuis Zhangjiakou jusqu’à Kiakhta, en Russie.  Les marchands du Shanxi et leurs caravanes ont foulé cette route dès 1733.

L’une des compagnies marchandes du Shanxi les plus actives sur cette route au cours du xixe siècle (au moins jusqu’à la frontière sino-russe), était la compagnie Dashengkui 大盛魁 (voir la photo d’illustration), qui d’ailleurs était en étroite relation avec la compagnie d’escorte de la famille Dai, connue pour sa tradition martiale, le xinyiquan. Outre le fait de revoir les phénomènes microhistoriques qui ont contribué à l’établissement de ces réseaux marchands, il est aussi intéressant de reconsidérer le rôle de l’art martial, qui apparaît moins comme un outil défensif mis en œuvre que comme une connaissance matricielle et un symbole fondateur d’une cohésion confraternelle autour d’une appartenance lignagère commune.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.